Le "choc" après la mort de Jérôme Favier, officier du GIGN et fils de l'ancien directeur de la Gendarmerie nationale

Publié le Mis à jour le

Jérôme Favier, capitaine du GIGN et fils de l'ex-commandant du groupement et ex-directeur de la Gendarmerie nationale Denis Favier, a perdu la vie ce 1er juillet dans un accident de paramoteur en Eure-et-Loir, à l'âge de 33 ans.

L'accident mortel, signalé par nos confrères de l'Écho républicain, a eu lieu à l'école de pilotage de Goussainville vers 9 heures ce 1er juillet, comme le confirme le procureur de la République de Chartres, Rémi Coutin. Jérôme Favier, capitaine du GIGN âgé de 33 ans, était en plein exercice de paramoteur et sur le point de passer son brevet de pilotage à titre privé et non dans un cadre professionnel, indique le parquet.

Selon des témoins interrogés par nos confrères, le paramoteur du capitaine Favier a d'abord effectué un premier virage à 360 degrés, mais au cours du second virage, l'appareil s'est écrasé dans un champ.

Marié et père de deux enfants, sur le point d'en attendre un troisième, Jérôme Favier était aussi le fils du général Denis Favier, directeur du GIGN de 2007 à 2011, puis de toute la Gendarmerie nationale de 2013 à 2016.

"Toute la gendarmerie pleure le départ de l'un des nôtres"

Dans la foulée de cet accident, les réactions et hommages se sont succédés sur les réseaux sociaux. "Toute la gendarmerie pleure le départ de l'un des nôtres", a tweeté l'actuel directeur de la Gendarmerie nationale, Christian Rodriguez. "C’était un homme engagé pour la sécurité de nos concitoyens et nous sommes tous sous le choc."

Dans le monde politique aussi, des hommages ont eu lieu. "Immense respect pour celui qui avait décidé de s’engager pour la vie et l’a perdue en se préparant pour la défendre", a par exemple réagi le député du Cher Loïc Kervran, vice-président de la Commission Défense de l'Assemblée nationale.

Les circonstances exactes du drame restent pour l'instant à éclaircir, précise le procureur, qui a co-saisi le groupement de gendarmerie d'Eure-et-Loir et la section de recherche de la gendarmerie des transports aériens pour les charger de l'enquête.