Meurtre à Saint-Rémy-sur-Avre : trois membres de la famille mis en examen

© Google earth
© Google earth

L'homme de 53 ans, Mano Guerfi retrouvé mort à son domicile Saint-Rémy-sur-Avre en Eure-et-Loir dimanche 7 janvier aurait été tué par sa famille. Sa femme, sa fille et son fils aîné ont été mis en examen pour meurtre. Le fils de 17 ans a été placé sous contrôle judiciaire

Par Elsa Cadier

L'homme de 53 ans retrouvé mort chez lui

Dimanche 7 janvier, Mano Guerfi, 53 ans, est retrouvé mort tué d'un coup de couteau à son domicile de Saint-Rémy-sur-Avre en Eure-et-Loir. Selon le procureur de la République Rémi Coutin, il s'agirait d'un meurtre familial qui se serait déroulé à huis clos. Ce jour-là, la fille Inès, âgée de 21 ans, se dispute avec son père. D'après les affirmations de la fille, il tente de l'étrangler. Elle le pousse et il tombe. La jeune fille monte ensuite dans sa chambre. L'aîné des garçons, Abdeslam est alors appelé par son père. Inès entend des éclats de voix, Lorsqu'elle redescend, elle voit son père en agonie, baignant dans une mare de sang. Toujours selon le procureur, les explications aux gendarmes des membres de la famille seraient confuses et incohérentes quant aux circonstances de la mort.

La scène du crime modifiée

La scène du crime aurait été modifiée. L'autopsie, pratiquée mercredi 10 janvier, devrait révéler des informations sur la façon dont le coup de couteau a été donné. Il apparaît encore beaucoup de zones d'ombre et d'incertitude dans le déroulement des faits.

"Il ressort que des tensions existaient au sein de la famille, notamment entre les parents qui se disputaient fréquemment. Madame aurait eu l'intention de divorcer et à ce stade il est impossible de dire si une procédure a été officiellement engagée. A priori la famille avait d'importants problèmes financiers, mais il est également fait état de comportements sexuels déviants du père ne s'étant pas traduits par des agressions ou des viols mais par le fait qu'il aurait eu des attitudes considérées comme inappropriées par les autres membres de la famille, notamment la mère et la fille", poursuit le Rémi Coutin. 

Le parquet a ouvert une information judiciaire pour meurtre sur conjoint pour la mère, meurtre sur ascendant pour la fille Inès et le fils aîné Abdeslam. Tous les trois ont été mis en examen et placés en détention provisoire. Ils encourent la réclusion criminelle à perpétuité. Contre le garçon mineur de 17 ans, la qualification de destruction ou modification des preuves d'un crime ou d'un délit a été retenue. Il a été placé sous contrôle judiciaire et risque trois ans de prison. 

Sur le même sujet

Inauguration du centre de formation de l'ADA Blois Basket 41

Les + Lus