Une femme et ses deux enfants retrouvés morts à Dreux: ce que l'on sait du triple homicide

Une femme de 36 ans, un bébé de 18 mois et une enfant de 13 ans ont été retrouvés morts jeudi 25 mai dans une maison à Dreux en Eure-et-Loir. Les enquêteurs recherchent toujours l'ex-conjoint de la victime, soupçonné d'avoir tué sa famille par arme blanche.

Jeudi 25 mai, les corps sans vie d'une mère et de ses deux enfants âgés de 13 ans et 18 mois ont été découverts dans leur pavillon à Dreux. Selon les premières constations, l'ex-conjoint de la victime et père des deux enfants est activement recherché par les forces de l'ordre, soupçonné d'être l'auteur des faits.

C'est un ami de la mère de famille, inquiet, qui a donné l'alerte

Jeudi matin vers 9h, un proche de la mère de famille s'inquiète que cette dernière, qui devait l'amener récupérer son véhicule dans un garage, ne se soit pas présentée au rendez-vous.  Elle "ne répondait pas lorsqu’il sonnait au domicile de cette dernière situé dans un pavillon à Dreux ni à ses appels téléphoniques", a précisé le procureur de la République de Chartres, Frédéric Chevallier dans un communiqué. 

L'homme a alors alerté les pompiers qui se sont introduit dans le pavillon et ont découvert les corps de la femme née en 1987, et de ses deux enfants, une adolescente de 13 ans et un bébé de sexe masculin, d'environ 18 mois.

La thèse de l'homicide privilégiée

Le procureur de la République a saisi la direction territoriale de la police judiciaire d'Orléans dont les premières constatations "conduisent à privilégier l'utilisation d'une arme Blanche par l'auteur des faits." Prévenu du drame, le maire de Dreux, Pierre-Frédéric Billet, ajoute que les victimes seraient décédées après avoir été "égorgées".

 "L’enquête criminelle flagrante se poursuit", sous la direction et le contrôle du parquet de Chartres. Des autopsies des trois corps vont être pratiquées

Le père des enfants, au passé violent, toujours recherché

Si le Procureur de la République de Chartres n'écarte pas pour l'instant "L'hypothèse des homicides des deux enfants par leur mère puis le suicide de cette dernière", c'est bien la thèse de l'homicide qui est privilégiée.

Les soupçons se portent sur un homme d'une quarantaine d'années, ancien conjoint de la mère et père des deux enfants. Présumé en fuite, il est toujours activement recherché par les forces de l'ordre pour être entendu.

Il avait été condamné en septembre 2021 pour des violences sur sa femme et sa fille à un an de prison, dont quatre mois avec sursis probatoire, avec l'interdiction de les contacter. Frédéric Chevallier ajoute que l'ex-conjoint "a évolué convenablement", et respecté les interdictions d'approcher du domicile et d'entrer en contact avec les victimes.

Début 2023, le juge des enfants avait d'ailleurs demandé au juge d'application des peines de lever l'interdiction de contact avec sa fille pour mettre en place des visites médiatisées. "Dans ce cadre, une rencontre a eu lieu en mars 2023, sans difficulté particulière". 

La trentenaire décédée avait déposé deux plaintes en mai

En un mois, la mère des enfants avait déposé deux plaintes contre son ex-conjoint. La première, le 9 mai 2023 " à la suite de la découverte (…) d’un traceur GPS sous sa voiture", explique Frédéric Chevallier. "Elle désignait son ex-conjoint comme étant l’auteur de ce fait." Ce dernier devait être entendu sur ces faits le 2 juin prochain.

La seconde plainte a été déposée le 24 mai pour vols de bijoux et de documents d’identité, soupçonnant son ex d'avoir conservé un double des clés de la maison, a confirmé le procureur.

Le suspect "n'acceptait pas la séparation"

Interrogés par l'AFP, des voisins expliquent que le couple était séparé depuis environs deux ans. "Il devenait fou, il n'acceptait pas la séparation", explique l'une d'entre eux. Un autre raconte avoir régulièrement entendus "des cris, des disputes". "On se disait :c'est encore eux".

Malgré l'interdiction de contact avec sa femme et sa fille, un proche de la mère de famille raconte avoir vu le suspect passer en voiture dans la rue à plusieurs reprises. Il explique également que la trentenaire était venue le voir mercredi 24 mai à 18H00, lui disant "j'ai peur". Elle voulait demander le divorce depuis plusieurs années, d'après lui.

Quelques heures avant la découverte des corps, le père de famille a posté sur Facebook deux messages accusant sa femme de l'avoir trompé et d'avoir frappé sa fille, accompagnés de photos montrant des ecchymoses sur un avant-bras. "Je vais arrêter ma vie", écrit-il.

Dans une vidéo, le quadragénaire, mal-entendant, s'exprime en langue des signes. "Elle m'a déjà trompé avec d'autres hommes, plusieurs fois et ça, ma fille le savait. (...) Ma femme lui a dit que si elle me disait tout, elle la frapperait".

Avec AFP

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Centre-Val de Loire
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité