Football, tennis, basket... quels sont les sports les plus pratiqués en Centre-Val de Loire ?

La crise sanitaire a laissé de multiples traces, notamment dans la pratique du sport. Le Centre-Val de Loire se distingue par la plus forte diminution du nombre de licences sportives unisports en France Métropolitaine entre 2017 et 2022. Pour autant, le nombre de licences distribuées repart à la hausse.

Le Centre-Val de Loire est-il une terre de sport ? Dans la région, un habitant sur six avait une licence sportive dans un club en 2022, selon des données de l'Insee. Au cœur de la région de France Métropolitaine la moins peuplée de France, le taux de licences régional est équivalent à celui du pays avec 159 licences pour 1 000 habitants. 

410 000 licences sportives en 2022

Parmi les 13 régions de France Métropolitaine, le Centre-Val de Loire se classe à la 8e position avec 410 000 licences sportives distribuées par les principales fédérations unisports agrées par le Ministère des Sports pour la saison 2021-2022.

Pour autant, en 2022, la région n'avait pas retrouvé son nombre de licenciés d'avant pandémie. Puisque le nombre de sportifs inscrits en club avait baissé de 7% en 2022 par rapport à 2017. Une baisse particulièrement marquée dans les fédérations de squash et de sports de glaces. En 2022, seulement 30% des fédérations unisports délivrent plus de licences en 2022 qu'en 2017. Là ou certaines fédérations peuvent bénéficier de la visibilité médiatique lors de grands évènements sportifs. 

C'est le cas du football, après le sacre de l'équipe de France en Coupe du monde, qui a vu son nombre de licenciés augmenter à l'échelle nationale mais aussi régionale. Dans le Centre-Val de Loire, le ballon rond avait gagné 2 500 licenciés. 

Le Loiret et l'Indre-et-Loire en têtes de classements

Au cœur du Centre-Val de Loire, les deux départements les plus peuplés de la région sont aussi ceux qui ont le plus de licenciés sportifs. Le Loiret et l'Indre-et-Loire sont donc loin devant les autres. 

Au niveau des pratiques sportives, la région suit la tendance nationale. Les six principales fédérations en nombre de licences, sont les mêmes au niveau régional et national. Le football, le tennis, l'équitation, le basket, le judo et le handball. En 2022, la fédération de football avait octroyé 83 150 licences sportives dans le Centre-Val de Loire. Et contrairement à d'autres régions françaises, le Centre-Val de Loire n'a pas de sport purement attaché à sa région, comme la balle au poing en Picardie ou la course landaise dans les Landes. 

Néanmoins, le tennis, le badminton sont proportionnellement plus représentés dans la région par rapport à la moyenne nationale. Tout comme le billard où sa proportion de licences dans la population est deux fois plus élevée dans la région qu'en France Métropolitaine. D'autres sports ont aussi gagné de nombreux licenciés en 2017 et 2022. C'est le cas de la natation et du rugby qui ont tous les deux, gagné 20 000 licences chacun, soit une augmentation de 20%. 

Les hommes et les jeunes fortement représentés 

Au sein des licenciés dans des clubs de sport, ce sont les hommes et les jeunes qui sont le plus représentés. La moitié des licences sont détenues par des personnes de moins de 20 ans tandis que moins de 10% le sont par des séniors de 65 ans ou plus. 

En 2022, seul un tiers des licences unisports sont détenues par des femmes (33,6%) alors qu'elles représentent plus de la moitié de la population régionale. Les fédérations les plus féminisées, avec plus de 8 licences sur 10 détenues par les femmes, sont celles de twirling bâton, de danse, des sports de glace, de gymnastique et d'équitation. Pour autant, l'Insee apprend que la part des femmes augmente dans de nombreuses fédérations, comme l'escrime, le tir à l'arc et le rugby. 

Le football a plusieurs longueurs d'avance 

Chez les hommes, le football est le sport licencié le plus pratiqué pour chaque tranche d'âge entre 5 et 60 ans. Chez les 20-29 ans, le ballon rond représente d'ailleurs plus de 40% des licenciés sportifs.

Des licenciés qui sont plus nombreux en périphérie des territoires urbains où là encore, la pratique du football prédomine. 

N’oubliez pas que tous ces chiffres concernent les sportifs inscrits en club et ne comprennent pas ceux qui font du sport en loisir.