• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

“Gilets jaunes” : nouvelle journée de mobilisation en Centre-Val de Loire

Des "gilets jaunes" au péage de Monnaie, dans l'Indre-et-Loire, ce samedi 24 novembre. / © France 3 CVDL / D. GANNAY-MEYER
Des "gilets jaunes" au péage de Monnaie, dans l'Indre-et-Loire, ce samedi 24 novembre. / © France 3 CVDL / D. GANNAY-MEYER

Une semaine après la journée de manifestations qui a fédéré 282.000 personnes dans toute la France, les "gilets jaunes" entreprennent de nouvelles actions ce samedi dans le Centre-Val de Loire et à Paris, où un appel à se rassembler a été lancé. 

Par France 3 Centre-Val de Loire

Barrages filtrants, manifestations, opérations « péages gratuits » ou simples rassemblements… Les « gilets jaunes », mouvement soudé originellement par la protestation contre la hausse de la taxation sur les carburants, sont de nouveau rassemblés ce samedi pour une journée de mobilisation nationale. En Centre-Val de Loire, si certains ont décidé de se rendre à Paris pour se joindre à la manifestation parisienne, d’autres ont ressorti le chasuble sur les routes de la région. La semaine précédente, 282.000 personnes ont bloqué routes et sites choisis dans tout le pays.
 

Dès le début de la matinée, la circulation était difficile sur plusieurs axes, notamment à Blois, Vendôme ou encore Vierzon. Vers 7h, le trafic était fluide sur la plupart des routes d’Eure-et-Loir et d’Indre-et-Loire. En prévention, la préfecture du Cher a décidé dès vendredi soir d’interdire la circulation des poids-lourds de plus de 7,5 tonnes sur la RN151 entre Bourges et La Chapelle-Montlinard.
 
Une trentaine de "gilets jaunes", ce samedi à la mi-journée sur l'A10 à Blois. / © France 3 CVDL
Une trentaine de "gilets jaunes", ce samedi à la mi-journée sur l'A10 à Blois. / © France 3 CVDL

Dans la même ville, une cinquantaine de manifestants continuaient de bloquer le rond-point du Conforama au cours de la matinée. Un chiffre inférieur à la semaine précédente, que les membres rassemblés expliquent par la présence de certains d'entre eux à Paris. "Nous sommes bien encadrés, souligne Paulette, sur place. Même si nous n'avons pas de leader, nous sommes tous solidaires." Avant d'ajouter : "les automobilistes nous soutiennent, beaucoup nous disent : "On est avec vous."."
 

Du côté des autoroutes, le réseau Vinci a publié la liste des perturbations. A 10h, des manifestants ont été repérés sur l’A11 à  hauteur de Chartres ou Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir), sur l’A10 à Meung-sur-Loire (Loiret). Une opération escargot était également en cours sur l’A10 entre Château-Renault et Monnaie (Indre-et-Loire). Dans le Loir-et-Cher, des « gilets jaunes » était présents ce matin sur les voies de l’A85 à hauteur de Saint-Aignan-sur-Cher, Selle-sur-Cher et Romorantin. Enfin, des perturbations étaient à noter aux sorties de Vierzon (A 71) et de Pithiviers (A19).
 

Au niveau du péage de Monnaie, une opération "route gratuite" a été lancée par la soixantaine de manifestants présents en milieu de matinée. Le même type d'action était entrepris au péage de Sorigny, sur l'A10. Elle a été interrompue par les forces de l'ordre à la mi-journée. 
 

Au cours de la journée, les actions, bien que moins suivies en nombre que le samedi précédent, se sont intensifiées. Une opération escargot a eu lieu sur la rocade de Bourges en début d'après-midi dans la direction de Saint-Doulchard, tandis que des barrages ont été signalés dans l'ensemble des départements de la région. Dans le Loiret, le centre commercial du Cap Saran a été bloqué, alors que ce weekend de "black friday" était attendu par les commerçants.   
 

Des manifestations étaient également prévues dans la journée, notamment à Châteauroux, Bourges et Tours. En fin de journée, la situation s'est tendue au sein du cortège tourangeau, rassemblé à proximité de l'hôtel de ville. Les forces de l'ordre ont eu recours à des tirs de gaz lacrymogènes face aux derniers manifestants présents. 
 

C’est toutefois à Paris que les plus gros rassemblements étaient prévus. En milieu d'après-midi, environ 8.000 "gilets jaunes" étaient comptabilisés dans la capitale (81.000 dans toute la France), selon les chiffres annoncés par le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner. Parmi eux, des Tourangeaux notamment avaient fait le déplacement. 
 
Gilets jaunes : des Tourangeaux à Paris pour manifester
Parmi les milliers de "gilets jaunes" sur les Champs-Elysées ce vendredi se trouvaient des Tourangeaux. Certains n'avaient jamais manifesté de leur vie. Denis Gannay et Cyril Deville ont suivi un groupe d'Indre et Loire. Avec Nathalie, gilet jaune de Joué-lès-Tours, et Greg, de Tours.


Les manifestants ont convergé vers l'avenue des Champs-Elysées, où des heurts ont éclaté après que la foule a tenté de pénétrer dans un périmètre interdit d'accès. Alors que les forces de l'ordres ont employé canons à eau et gaz lacrymogènes, de nombreuses dégradations (barricades incendiées, signalisation arrachée, pavés descellés) ont été commises en marge de la manifestation. En milieu d'après-midi, on décomptait 35 interpellations dans toute la France.
 

Sur le même sujet

Maltraitance animale : l'ours Mischa soigné en urgence au refuge de

Les + Lus