Grève du 5 décembre : les réservations explosent pour les places de covoiturage et de bus

La grève du 5 décembre va fortement perturber le réseau ferroviaire. Les usagers de la SNCF n'ont d'autre choix que de se tourner vers le covoiturage ou les bus. Une forte demande qui fait exploser les prix.
Les réservations pour des trajets en bus et en covoiturage sont en forte augmentation en prévision de la grève du 5 décembre.
Les réservations pour des trajets en bus et en covoiturage sont en forte augmentation en prévision de la grève du 5 décembre. © Marc OLLIVIER - MaxPPP
Tours-Orléans, Orléans-Paris, les trajets affectés par le mouvement de grève le 5 décembre prochain sont nombreux. 

Trouver un plan B

La SNCF s'attend à de très fortes perturbations et a déjà prévenu 150 000 voyageurs que leurs trains seraient supprimés sur les 5, 6, 7 et 8 décembre. Les usagers qui empruntent ces lignes régulièrement n'ont d'autres choix que de trouver un plan B. 

"On prévoit de doubler notre activité"

Le covoiturage, les bus, les solutions qui s'offrent à eux ne sont pas nombreuses et se voient prises d'assaut. Une aubaine pour la plateforme Blablacar qui doit maintenant satisfaire la demande. 

On prévoit de doubler notre activité, les 5 et 6 décembre. Certains de nos bus sont déjà complets. Les gens ont pris le réflexe maintenant de venir regarder ce qu'il se passe chez nous lorsqu'ils ont des problèmes de transports. Pour contenter cette demande supplémentaire, nous allons mettre en place des bus supplémentaires et nous incitons nos conducteurs à mettre leur trajet en ligne pour en faire profiter nos usagers.
- Service communication de Blablacar

La plateforme prévoit également dix fois plus d'inscriptions sur son application Blablalines, qui met en relation les usagers pour faire du covoiturage entre leur domicile et leur travail. Côté prix, ces trajets sont gratuits. Blablacar se charge de rémunérer les conducteurs entre 1 et 5 euros (hors région Île-de-France où cette rémunération est assurée par Île-de-France Mobilités). 

Des prix qui augmentent pour les trajets en bus, mais ne flambent pas

La très forte demande de solutions alternatives aux trajets ferroviaires fait automatiquement monter les prix. Pourtant, cette hausse reste raisonnable. Les compagnies de bus ne peuvent pas augmenter leurs tarifs de façon excessive. 

Pour ce qui est de Blablabus, nous appliquons la grille de tarification que nous avons mise en place en début d'année. Nous ne pouvons pas augmenter nos prix, car il y a une grève. Par contre, si les prix sont plus importants, c'est qu'ils sont calculés en fonction de la demande. Par exemple, les quatre premières places du bus vont être vendues 4,99 euros, les suivantes un peu plus cher, etc. Plus les usagers vont réserver tôt leur trajet, moins ils payeront cher.
- Service communication de Blablacar

Pendant la grève, la demande étant très importante, les prix ont donc automatiquement augmenté. Pour un trajet en bus entre La-Chapelle-Saint-Mesmin et Paris avec un départ à 18h25 et une arrivée à 20h10, le tarif est de 14,99 euros. Pour le même voyage aux mêmes horaires, le prix est de 28,99 euros le jeudi 5 décembre. 

Faible augmentation des prix pour le covoiturage

Le covoiturage est lui presque insensible à l'augmentation de la demande. Les usagers qui proposent des trajets sont, en effet, soumis aux tarifs recommandés par la plateforme et ne peuvent donc par imposer le prix de leur trajet. 

Pour un aller entre la gare d'Orléans et la gare de Tours, le tarif moyen proposé est de 8,50 euros. Les 5 et 6 décembre prochains, le prix moyen est de 10 euros, une hausse très modérée par rapport à la demande. 

En attendant un retour à la normale sur les rails, le casse-tête des usagers pour trouver un plan B va continuer. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
region centre-val de loire grève économie transports social retraites sncf