• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Visite d'Emmanuel Macron à Amboise : la préfecture interdit toute manifestation

La CGT et deux autres organisations interdites de manifestation à Amboise - Photo d'illustration / © Philippe HUGUEN / AFP
La CGT et deux autres organisations interdites de manifestation à Amboise - Photo d'illustration / © Philippe HUGUEN / AFP

La préfecture a interdit le rassemblement intersyndical qui devait se dérouler à Amboise. Les organisations dénoncent une atteinte aux libertés. 

Par Yacha Hajzler

"Ce n’est pas une visite festive mais une visite diplomatique" avait annoncé la préfète, en préambule de la présentation de l'important dispositif de sécurité prévu le 2 mai à Amboise pour l'arrivée d'Emmanuel Macron.
 
 

Interdiction totale de manifester

Le président de la République viendra célébrer avec son homologue italien Sergio Mattarella les 500 ans de la Renaissance, et de la mort de Léonard de Vinci. Et la volonté de faire le vide autour des deux chefs d'Etat se précise. La préfecture a en effet interdit toute manifestation sur le territoire, provoquant l'ire des syndicats. 

FSU, CGT et FO, avaient prévu un rassemblement de protestation "pacifique" à 11h30, boulevard du Général de Gaulle. Un lieu qui ne figurait pas dans le périmètre de sécurité défini par la préfecture, et même assez éloigné du château d'Amboise où la visite diplomatique doit se dérouler. 
 

"Atteinte aux libertés individuelles"


Dans un communiqué, CGT et FO accusent la préfecture d'avoir joué la montre : "La presse était même informée avant les organisateurs qui ont dû, par eux-mêmes, obtenir confirmation à deux jours de l’évènement, personne n’avait daigné les contacter".

Les organisations syndicales ont de nouveau demandé un rassemblement sur le lieu inital, ce qui leur a été refusé. "Une telle atteinte aux libertés individuelles et collectives, une telle restriction des droits à manifester doivent être fermement condamnées. On est loin des principes propres à notre République", estiment-elles. 

Un nouveau rassemblement a donc été décrété, à la même heure, cette fois devant la préfecture de Tours. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Indre-et-Loire : un Rabelais de poche aux enchères le 16 juin

Les + Lus