Les ateliers de restauration de « la loco » de Saint Pierre des Corps ouverts au public pour les Journées du Patrimoine

La Pacific 231 E 41 a été classée aux Monuments historiques / © Luc Pérot
La Pacific 231 E 41 a été classée aux Monuments historiques / © Luc Pérot

La « Loco », véritable emblème de la culture cheminote de Saint-Pierre des Corps, est en restauration depuis plusieurs années. Pour fêter ses 80 ans, son atelier sera ouvert au public les 15 et 16 septembre, à l'occasion des Journées du Patrimoine.

Par Luc Perot

Adaptée et mise au point par l’ingénieur André CHAPELON, la « Pacific » 231 E 41 a été mise en service il y a tout juste 80 ans. Cette machine est une version améliorée de la « Pacific » classique et présente des performances hors norme : rapide, puissante et souple à la fois, elle a été affectée à la ligne Paris-Calais pour tracter « La Flèche d’Or », un train de luxe destiné aux voyageurs se rendant à Londres.

Une fonction qu’elle remplit fièrement jusqu’à sa mise en retraite, en septembre 1963. Les années qui suivent la voient errer de dépôt en dépôt jusqu’à ce que la mairie de Saint Pierre des Corps la rachète à la SNCF pour un Franc symbolique en 1974 et l’expose sur des rails en plein centre-ville. Un symbole très apprécié des Corpopétrussiens.


Une expertise pour la chaudière


Mais la rouille et les intempéries commençaient à avoir raison du bel engin. Tôles, essieux et chaudière étaient très dégradés. Une association, l’Amicale des anciens et amis de la traction vapeur (AAATV) a donc, depuis 2013, pris en charge la locomotive et s’est donnée pour mission de lui redonner vie. Elle a ainsi été déplacée dans le « hangar aux avions », sur le site des magasins généraux. Mais c’est un travail de longue haleine auquel ces passionnés se livrent : on ne pourra pas voir l’engin rouler de nouveau avant au mieux dix à quinze ans.

Actuellement, c’est la chaudière qui fait l’objet de toutes les attentions. Désolidarisée du reste de la machine, elle a été nettoyée, ressoudée et a été soumise à une expertise dont on connaîtra le résultat dans les toutes prochaines semaines. L’enjeu de cette analyse est très important car c’est elle qui permettra de savoir à quelles conditions il sera possible d’envisager une remise en pression, et donc un potentiel redémarrage de la locomotive.

La « 231 E 41 » est, avec la Pacific  Chapelon exposée au musée de Mulhouse, l’un des deux derniers exemplaires de ce modèle ayant échappé à la destruction. Elle a fait l’objet d’un classement aux monuments historiques.

Le reportage de Luc Pérot, François-Xavier Mauffrey et Gilles Engels :
La restauration de "la Loco" de Saint Pierre des Corps se poursuit
L'expertise de la chaudière, une étape importante dans la restauration de la "Loco". - France 3 Centre-Val de Loire - Luc Pérot, François-Xavier Mauffrey et Gilles Engels

Fête de la Loco : le programme

À l’occasion des Journées du Patrimoine, samedi 15 et dimanche 16 septembre, l’association qui s’occupe de la restauration de la Pacific 231 E 41 ouvrira les portes de son atelier pour vous présenter ses travaux.

Vous pourrez notamment découvrir la chaudière de la locomotive dans son intégralité ainsi que le mouvement intérieur et l’essieu coudé. Le compresseur d’air, la turbo dynamo et d’autres sous-ensembles de la locomotive ayant déjà fait l’objet d’une remise en état seront également visibles.

Des réseaux de modélisme, un réseau de vapeur vive en extérieur, des stands de trains historiques et touristiques et des expositions sur le thème du ferroviaire agrémenteront la visite.

Dimanche à 11h00, une conférence animée par le fond ferroviaire de la bibliothèque de la municipalité de Saint Pierre des Corps présentera l’histoire de la 231 E 41.

Les festivités se dérouleront dans et devant le hangar aux avions, rue de la Pichotière à Saint Pierre des Corps.
 

Sur le même sujet

Mathis Poulin, jeune chanteur blésois, va chanter à la fête de l'Huma ce week-end

Les + Lus