Indre-et-Loire : Polémique à Chambray-lès-Tours où le maire est opposé à la reprise des courses hippiques

Marie-France Peltier, présidente de l'hippodrome de Chambray-Lès-Tours, au bord de la piste - dimanche 17 mai 2020 / © Roger Pichot
Marie-France Peltier, présidente de l'hippodrome de Chambray-Lès-Tours, au bord de la piste - dimanche 17 mai 2020 / © Roger Pichot

Le maire de Chambray-lès-Tours,en Indre-et-Loire, demande à la Préfecture que soit retirée l'autorisation accordée à la Société des courses hippiques d'organiser, ce dimanche 17 mai, des courses sur l'hippodrome municipal.
 

Par FM - Cyril DUDON

Les chevaux reprennent la piste


Ce dimanche, les chevaux ont pu, pour la première fois depuis deux mois, fouler à nouveau la pelouse de l'hippodrome de Chambray-Lès-Tours. Le maire de la commune, Christian Gatard, ne comprend pas que cette autorisation ait été donnée. Dans un communiqué de presse, publié vendredi 15 mai, il évoque les "risques que l'Etat ferait courir à sa population".

"La municipalité réprouve cette décision allant à l'encontre de toutes les règles imposées à la population en cette période d'état d'urgence sanitaire: distanciation obligatoire, interdiction de rassemblements de plus de 10 personnes, de manifestations sportives, et limitation des déplacements dans un rayon de 100 kms", explique le maire Christian Gatard dans son communiqué.

Le maire ne décolère pas


Le maire trouve que la méthode est un peu "cavalière". Il se plaint de n'avoir été averti que par un simple mail, envoyé mardi 12 mai par la présidente de la Société des courses hippiques, alors dit-il que "l'hippodrome est une propriété communale".
 
Pour le maire, ce type de rencontres présente des risques évidents : "Durant les courses, les chevaux et les jockeys sont à touche-touche. Des éleveurs vont se déplacer avec leurs vans depuis Paris, alors que c'est une zone rouge. C'est en contradiction avec toutes les règles qu'on impose au simple citoyen et à la population. Il ne peut pas y avoir deux poids, deux mesures. Pour moi, c'est un passe-droit accordé à des lobbys et je trouve cela honteux. Si nous voulons créer en France des nouveaux clusters, c'est exactement comme cela qu'il faut procéder."
 
 

L'enjeu est de sauver la filière


Marie-France Peltier, présidente de l'hippodrome de Chambray-Lès-Tours et organisatrice de cette journée, dit ne pas bien comprendre cette polémique. Elle précise que la grande majorité des cavaliers et des propriétaires viennent des départements limitrophes et que bien évidemment toutes les précautions sont prises :

Toutes les mesures de distanciation sociale seront appliquées, les courses se dérouleront à huis clos, sans aucun public. Avant de rentrer sur l'hippodrome chaque personne est enregistrée sur un registre et une prise systématique de la température est effectuée.

Pour elle, " le jeu en valait la chandelle même si, sans aucune recette, c'est une journée à perte pour la société des courses. Il faut savoir que derrière, il y a des emplois et toute une économie mise à mal, elle aussi, par cette crise sanitaire du Covid 19." 

La prochaine course sur l'hippodrome de Chambray-Lès-Tours est prévue le 6 septembre prochain. Espérons que d'ici là la crise sanitaire sera moins aiguë et que le public pourra assister au spectacle.



 

Sur le même sujet

Les + Lus