Immobilier : portrait-robot de ceux qui ont pu emprunter en 2023 et l’apport qu’ils ont dû avoir pour acheter en Centre-Val de Loire

Avec des taux élevés et une inflation globale, les achats immobiliers s'avèrent difficiles pour les plus jeunes qui ont disparu du marché. En 2023 comme en 2024, les acquéreurs les plus représentés sont déjà propriétaires, la plupart du temps en couple, et avec un apport considérable.

L'achat immobilier, un Saint-Graal inaccessible pour les jeunes sans apport ? C'est à peu près le constat dressé par les différentes agences immobilières et sites de simulation de prêts en ligne. En Indre-et-Loire, ceux qui ont eu accès à la propriété en 2023 sont majoritairement ... Déjà propriétaires. 

"Le cœur des acheteurs, ce sont des couples avec enfants, avec deux salaires, un apport, et souvent déjà un bien" explique Vincent Briand, Président délégué de la FNAIM en Indre-et-Loire. Moins d'un tiers des acquéreurs avaient moins de 30 ans en 2023, l'âge moyen, lui, atteint 37 ans.

"Le montant du prêt moyen en Centre Val de Loire est de 160 942€, soit 2 fois moins qu’en Ile-de-France et correspond à une mensualité d’environ 1000€, soit un emprunt pour un foyer gagnant 3000€ nets mensuels" estime le site d'estimation de prêts en ligne, Meilleur Taux. 

L'Indre-et-Loire plus chère que les autres départements du Centre-Val de Loir

Les prix de l'immobilier au m² restent largement portés par la ville de Tours sur le département de l'Indre-et-Loire, souligne Vincent Briand. Avec une moyenne de 3200 euros le m², contre environ 2 700 dans le Loiret.

Si l'horizon se dégage un peu en 2024, avec des taux qui devraient redescendre en dessous des 4%, les organismes bancaires restent très attentifs à l'apport personnel. L'an dernier, il était en moyenne de plus de 37 200 euros dans la région Centre-Val de Loire selon une étude du site Meilleurtaux.  

2m² gagnés en moyenne en 2024 

"En raison de la légère baisse des prix/m² moyens, les acquéreurs ont logiquement gagné du pouvoir d’achat immobilier en ce début 2024" ajoute l'observatoire Guy Hoquet.  Et ce, dans une région où on achète déjà en moyenne des surfaces plus grandes que dans d'autres régions. Si bien que les acquéreurs pourraient bénéficier d'environ 2m² de plus que l'an dernier, alors que nationalement, les Français en perdent un. Pour un budget de 200 000 €, "peuvent profiter de 62m2 à Tours ou de 118m2 à Bourges" selon le groupe immobilier. 

Les temps d'emprunts, eux, restent en dessous de la moyenne nationale, à quatre mois près. Il faut environ 21,9 années à un Tourangeau pour être officiellement propriétaire. La rentabilisation du processus est en revanche atteinte à 12 ans pour ces "secundo-accédents". Une moyenne plus longue que pour un premier achat qui semble logique, les biens sont souvent plus grands, et les familles investissent pour s'établir plus longtemps.