Témoignage. Crise immobilière : "Avec les temps qui courent, c'était impossible", les jeunes couples face au défi du premier achat

Publié le Écrit par Camille Verkest

Malgré des prix en légère baisse, le marché de l'immobilier, marqué par une forte hausse des taux d'emprunt, est au ralenti. Une situation difficile pour les vendeurs et les acheteurs, notamment pour les jeunes couples à la recherche de leur premier achat immobilier.

Des taux d'emprunts au-dessus des 4%, des banques moins enclines à accorder des crédits, le marché de l'immobilier est malade depuis l'automne 2022. Des conditions d'achat de plus en plus compliqué à réunir pour les acheteurs, notamment pour les plus jeunes. 

20% d'apport demandé à 23 ans 

"C'est très compliqué", admet Jason Bonnière, 23 ans, commercial dans la rénovation de maisons. Le jeune homme et sa compagne, infirmière, sans enfants, ont entamé un processus d'achat l'année dernière et rapidement, les banques leur ont fait comprendre les difficultés qu'ils allaient rencontrer. "Ils demandaient 20% d'apport de la somme", poursuit-il. Parti sur un budget d'environ 300 000€ pour un logement au sud d'Orléans, le couple devait donc pouvoir fournir 60 000€ pour espérer devenir propriétaires de leur premier logement. Impossible pour eux. 

On nous a répondu qu'avec les temps qui courent, c'était impossible pour notre dossier.

Jason Bonnière, commercial de 23 ans, en CDI depuis trois ans.

Avec la forte hausse du coût des matières premières puis de la guerre en Ukraine, l'inflation a rapidement touché toute l'économie mondiale et française. Le marché de l'immobilier n'a pas dérogé à la règle. Pour limiter la hausse des prix, la Banque centrale européenne a décidé de remonter les taux auxquels elle prête l'argent aux banques commerciales. Une hausse directement répercutée sur les consommateurs. Selon France Info, fin novembre, le taux moyen des crédits immobiliers s'établissait autour de 4,3% en France alors qu'il était de 1,1% en janvier 2023. En région Centre-Val de Loire, le taux moyen est de 4,4%. 

Au vu de ces taux, il est alors très difficile de construire un projet solide en tant que jeune travailleur. "Selon ma banque, 2 dossiers sur 10 passaient", admet le jeune commercial. Au vu des difficultés du marché et après avoir tenté de réduire ses exigences, notamment sur la superficie du bien, le couple s'est tourné vers la location. C'est très démotivant donc on a préféré basculer vers la location pendant un ou deux ans pour attendre que les taux baissent un petit peu, mettre de l'argent de côté, en espérant que quand on retentera, ça passera", espère le commercial.

Une temporisation contrainte pour le couple. Au vu de leur situation, deux schémas se présentent à eux. "Soit, d'ici un an, on a l'apport et on achète, soit on attend quelques années en location ", admet Jason Bonnière.

Quid de la construction ?

L'autre solution aurait pu être de se tourner vers la construction, mais là aussi les contraintes sont nombreuses. "Les terrains sont excessivement chers à Orléans. On se confronte aux mêmes problèmes", regrette le jeune homme de 23 ans. 

Au vu de ses nombreuses problématiques sur le marché immobilier, le Conseil supérieur du notariat a observé une baisse de 18% des transactions immobilières entre septembre 2022 et 2023. 

Qu’avez-vous pensé de ce témoignage ?
Cela pourrait vous intéresser :