• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Indre-et-Loire : les gilets jaunes misent tout sur le péage de Monnaie (A10)

© DR
© DR

Les manifestants entament ce lundi 19 novembre 2018, un troisième jour de mobilisation. Beaucoup moins nombreux, ils ont tout de même décidé de se concentrer sur le péage de Monnaie, sur l'autoroute A10.

Par France 3 Centre-Val de Loire

"C'est recadré et officiel, tout le monde au péage de Monnaie. Beaucoup sont déjà sur place". Comme depuis plusieurs semaines, l'organisation des gilets jaunes passe par les réseaux sociaux. Ce message posté sur le groupe Facebook "Colère 37", ce lundi matin 18 novembre, vers 8h40, par un des manifestants invite tout le monde à se rassembler sur le péage de l'autoroute A10, situé entre Tours et Blois.

Mais le mouvement a du mal à se poursuivre en ce début de semaine. La faute à un retour au boulot ou à une motivation en baisse ? A 9 heures, les gilets jaunes étaient en tout cas peu nombreux, environ une dizaine. Bien que leur nombre a des chances d'augmenter durant la journée.

Un rassemblement au péage de Monnaie qui "va permettre de recadrer d'autres actions à venir", selon l'auteur du message.

Mais pas si simple que ça. Les messages postés par les autres membres du groupe laissent transparaître la confusion qui règne au sein du mouvement, aussi bien au niveau de l'organisation que sur la communication. Ce qui donne lieu à des messages tels que : "Je veux me déplacer mais je ne sais pas où aller", "C'est toujours en cours au dépôt de carburant [de Saint-Pierre] ?", "On va où alors ? Saint-Pierre ou Monnaie ?"

Aujourd'hui, selon la préfecture, un barrage filtrant étaient également en place à 9 heures, au niveau du rond-point de Noyant-de-Touraine, selon la préfecture. 

En perte de vitesse

Avec environ 200 gilets jaunes encore présent à 21 heures, le péage de monnaie était déjà le site de blocage le plus important de tous ceux recensés en Indre-et-Loire par la préfecture.
Cependant après avoir été 1500 samedi, les manifestants n'étaient plus qu'environ 440 dimanche, soit trois fois moins. Les gilets jaunes devraient être encore moins sur l'ensemble du territoire du département.
 

Sur le même sujet

"BatOloire" : le transport atypique de l'été à Orléans

Les + Lus