Indre-et-Loire : en juin 1940, à Saint-Avertin, le château de Cangé réquisitionné et transformé en Elysée bis

Juin 1940, l'armée française est en pleine déroute, les troupes allemandes sont aux portes de la capitale. Tout le gouvernement quitte précipitamment Paris pour s'installer en Touraine. Le château de Cangé, réquisitionné, devient la résidence d'Etat du Président de la République, Albert Lebrun. 

Le château de Cangé, à Saint-Avertin
Le château de Cangé, à Saint-Avertin © Mairie de Saint-Avertin
C'est une histoire peu connue et assez extraordinaire. Dès le 30 janvier 1933 et la nomination en Allemagne d'Adolf Hitler en tant que Chancelier, l'Etat français commence à rechercher des solutions de repli en cas de guerre. Les Préfectures sont alors discrètement missionnées pour rechercher des lieux susceptibles d'accueillir le Président de la République et les membres du gouvernement (ainsi que tous les hauts fonctionnaires).

De par sa position géographique, notamment, la Touraine est privilégiée et le Préfet d'Indre-et-Loire, Camille Vernet, va ainsi jouer un rôle de premier plan pour dénicher les sites adéquats.
 

La Touraine, lieu de repli pour un gouvernement aux abois


Le 10 juin, l'Etat français, aux abois face à une attaque allemande foudroyante, se replie en Touraine, les ministères sont éparpillés sur tout le territoire départemental. Ainsi le siège du gouvernement est-il installé au château de la Ménaudière, à Chissay-en-Touraine (Loir-et-Cher), tandis que le maréchal Pétain (vice-président du conseil) et le général de Gaulle (sous-secrétaire d'Etat à la guerre et à la défense nationale) sont quasiment voisins, logés dans des châteaux à Athée-sur-Cher et Azay-sur-Cher.

Reste à trouver une solution pour Albert Lebrun, Président de la République Française depuis 1932.
 
Sous la IIIème République, Albert Lebrun, Président du 10 mai 1932 au 11 juillet 1940
Sous la IIIème République, Albert Lebrun, Président du 10 mai 1932 au 11 juillet 1940 © Mairie de Saint-Avertin

Le château de Chenonceau a été envisagé dans un premier temps, mais c'est finalement le domaine de Cangé, à saint-Avertin, tout près de Tours, qui sera réquisitionné pour le Président.
 

Lebrun au domaine de Cangé, en pleine débâcle



Spécialiste de l'histoire saint-avertinoise, Michel Ramette a raconté cet épisode dans un livre intitulé "Albert Lebrun et les deux conseils des ministres au château de Cangé" (éditions de la Morelle). Il y explique pourquoi Cangé a été choisi :

"parce que c'était près de Tours, qu'il y avait le chauffage central et que c'était un château très bien équipé. Le personnel de l'Elysée logeait à Saint-Avertin chez des particuliers. Au château de Cangé, il y avait le Président Lebrun, son secrétaire général, le chef d'état-major des armées et son médecin."

Le château est réaménagé pour pouvoir faire office d' "Elysée bis", et deux conseils des ministres vont s'y tenir les 12 et 13 juin (vraisemblablement dans l'actuelle salle du patrimoine de la médiathèque).
 
En pleine débacle, le château de Cangé accueille deux conseils des ministres
En pleine débacle, le château de Cangé accueille deux conseils des ministres © Mairie de Saint-Avertin

L'heure est grave pour Paul reynaud (récemment nommé Président du Conseil) et son gouvernement : il s'agit de décider s'il faut signer un armistice avec l'Allemagne, en dépit des conventions qui lient la France à l'Angleterre et lui interdisent de conclure une paix séparée. Les débats sont pour le moins houleux.
 

Un épisode crucial de l'histoire de France


A la Préfecture de Tours, le 13 juin, Paul Reynaud reçoit Winston Churchill, le Premier Ministre britannique, pour un ultime Conseil suprême interallié, où se joue l'avenir de la France dans ce conflit majeur. Les américains refusant alors d'entrer en guerre, Paul reynaud va démissionner le 16 juin, remplacé par le maréchal Pétain. La France dépose les armes tandis que de Gaulle lance depuis Londres son appel du 18 juin.

L'armée allemande, pendant ce temps, poursuit son avancée et le séjour tourangeau est très vite écourté : le 14 juin, les membres du gouvernement plient bagage et partent pour Bordeaux. Aussi bref soit-il, l'épisode tourangeau, du 10 au 14 juin, s'avère crucial dans l'histoire de France et celle de la seconde guerre mondiale.

A l'occasion des Journées du patrimoine, la mairie de Saint-Avertin organise dimanche une journée " l'Elysée à Cangé" . L'historien local Michel Ramette y tiendra une conférence sur cet épisode méconnu, et des visites guidées seront organisées. L'entrée est libre et gratuite, mais les réservations sont obligatoires du fait de la situation sanitaire.

Enfin à 17h, le groupe Tap That Jazz donnera un concert au domaine de Cangé (une représentation off du festival Jazz en Touraine) pour clore la journée en musique.

DERNIERE MINUTE : en raison des prévisions météo pour dimanche (orages) le concert que devait donner Tap That Jazz en plein air à Cangé aura finalement lieu au Nouvel Atrium


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
histoire culture journées du patrimoine patrimoine seconde guerre mondiale