• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Indre-et-Loire : la police municipale de Loches sera bientôt équipée d'armes à feu

© GUILLAUME SOUVANT / AFP
© GUILLAUME SOUVANT / AFP

D'ici la fin du mois de mai, les quatre policiers municipaux de la ville seront munis d'armes létales. Avant Loches, Tours, Chinon, Descartes, Joué-lès-Tours ou encore Saint-Cyr-sur-Loire ont décidé de franchir le pas.

Par France 3 Centre-Val de Loire

En plus de l'uniforme, de la matraque, du pistolet à impulsion électrique Taser et la bombe lacrymogène, les policiers municipaux de la ville deLoches disposeront bientôt d'une arme à feu à la ceinture. Cette décision forte a été prise le 26 avril dernier, lors du Conseil municipal.

Jusque-là contre cette mesure, le maire de Loches, Marc Angenault, a finalement décidé de revenir sur sa position. La mort du gendarme Arnaud Beltrame lors de l'attaque dans l'Aude en mars 2018 et la faute à une société aujourd'hui "plus violente" seraient à l'origine de ce changement d'avis de la part de l'édile.
 

Plusieurs villes du département déjà armées

Les agents de Loches, qui officient également dans les communes de Beaulieu-les-Loches et Perrusson, vont devenir la treizième des 37 polices municipales du département d'Indre-et-Loire à être équipée d'armes létales.

Les policiers de la commune d'environ 6300 habitants vont rejoindre le groupe, encore minoritaire, composée, entre autres, des polices municipales de Chambray-lès-Tours, Chinon, Descartes, Joué-les-Tours, La-Ville-aux-Dames, Mont, Montlouis-sur-Loire, Saint-Cyr-sur-Loire, Tours ou encore Veigné.
 

Environ la moitié des policiers municipaux porte une arme à feu en France

En France, plus de la moitié des 22.000 policiers municipaux seraient dotées d'une arme à feu aujourd'hui, contre 37% en 2014, selon une étude de 2018 réalisée par le ministère de l'Intérieur.

Un rapport parlementaire sur le budget de la sécurité pour 2018 rédigé par le député de la Seine-et-Marne Jean-Michel Fauvergue (LREM), ancien patron du Raid, avance quant à lui qu' "en 2016, 18 044 policiers municipaux étaient équipés d’une arme, toutes catégories confondues, soit 84 % des effectifs, dont 9 434 l’étaient au moyen d’une arme à feu (44 % des effectifs, contre 39 % en 2015). Le nombre d’agents dotés de pistolets à impulsion électrique a, quant à lui, plus que doublé en un an (passant de 811 en 2015 à 1 804 en 2016). Il faut noter que l’État met actuellement à la disposition de 340 communes 3 285 revolvers issus du stock de la Police nationale."

 

La liste des armes pouvant être portées par les policiers municipaux

Selon l'article R511-12
– matraque de type « bâton de défense » (catégorie D)
– bombe lacrymogène (catégorie D)
– bâton de défense de type tonfa (catégorie D)
– projecteur hypodermique (anesthésiant) (catégorie D)
– revolver chambré pour le calibre 38 spécial Smith et Wesson(catégorie B)
– arme de poing chambrée pour le calibre 7,65 mm (catégorie B)
– Flash-Ball ou lanceur de balle de défense (catégorie B ou C, selon le modèle)
– pistolet à impulsions électriques à distance (Taser) (catégorie B)

Les agents de police municipale autorisés à porter une arme mentionnée aux 1° et 3° de l'article R. 511-12 sont astreints à suivre périodiquement un entraînement au maniement de cette arme, défini dans les conditions prévues à l'article R. 511-22. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Indre-et-Loire : un Rabelais de poche aux enchères le 16 juin

Les + Lus