• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Tribune Pro-Macron : Le maire de Joué-les-Tours signataire à l'insu de son plein gré ?

Frédéric Augis, maire de Joué-les-Tours (ex-LR) / © LA NOUVELLE REPUBLIQUE/MAXPPP
Frédéric Augis, maire de Joué-les-Tours (ex-LR) / © LA NOUVELLE REPUBLIQUE/MAXPPP

Après les résultats des élections européennes, soixante-douze maires étiquetés à droite ont publié dans le Journal du Dimanche une tribune pour afficher leur soutien à Emmanuel Macron. Cinq élus de la région figurent sur la liste mais le maire de Joué-les-Tours semble ne pas assumer. 

Par X. Naizet

Olivier Carré à Orléans, Christophe Bouchet à Tours, Pascal Blanc à Bourges et Philippe Nolland à Pithiviers ont franchi le pas. En signant le texte de soutien à la politique d'Emmanuel Macron initié par le maire d'Angers Christophe Béchu, ils ont marqué un peu plus leurs distances avec leur famille politique d'origine et fait comprendre aux instances dirigeantes de La République en marche qu'il n'y aurait aucune raison de présenter un candidat estampillé LREM contre eux lors des municipales de 2020.

Quatrième signataire de cette liste, le maire de Joué-les-Tours, Frédéric Augis, a pourtant affirmé après publication à plusieurs organes de presse qu'il avait vu cette tribune mais qu'il ne l'avait pas signée. Le sujet semble aujourd'hui plonger l'élu dans le plus grand embarras car M. Augis refuse maintenant de répondre à toute question sur le sujet et de confirmer la moindre information. Aurait-il donné son accord dans un premier temps avant d'être ensuite pris de remords ? Lui aurait-on forcé la main ? Toutes les spéculations sont possibles face au silence assourdissant de l'élu.

A Pithiviers, les choses sont plus claires


Son homologue de Pithiviers Philippe Nolland estime pourtant que le processus de recueil des signatures a été parfaitement clair. "Christophe Béchu nous a directement contactés pour nous proposer le texte et nous lui avons chacun répondu sans intermédiaire."

En ce qui concerne M. Nolland, cette tribune permet surtout de clarifier les choses.

"Au sein de l'UMP, j'étais Juppéiste. Mais j'ai affiché mon soutien à Emmanuel Macron dès 2017. Et j'ai soutenu la liste Renaissance LREM-Modem pendant la campagne des européennes. Je considère que LR est en train de prendre la même voie que le Centre national des indépendants et paysans. Les grand partis sont mortels. Mais je ne rejoins pas LREM pour autant."

Philippe Nolland n'a pas encore indiqué s'il serait candidat à sa succession mais il figurerera sur une liste à Pithiviers en 2020 qui se veut rassembleuse. Elle pourrait être soutenue par LREM et le Modem mais elle ne briguera le soutien de LR.

Sur le même sujet

L'accordéoniste de Pierre Perret vous joue une chanson

Les + Lus