Le parcours du combattant des librairies en milieu rural

Publié le
Écrit par Thomas Hermans

Si le nombre de librairies en France reste stable depuis dix ans, leur répartition est très variable sur le territoire. En Indre-et-Loire, une librairie itinérante a posé ses valises près de Semblançay pour combler le manque.

Dans les marchés de village, il est commun de venir prendre assez de pamplemousses pour tenir la semaine, deux filets de colin, et une entrecôte pour le dimanche midi. On peut même venir y prendre un nouveau pantalon. Mais repartir avec le dernier Amélie Nothomb et un livre pour les enfants, c'est déjà moins commun. C'est pourtant possible dans les environs de Semblançay en Indre-et-Loire, à une quinzaine de kilomètres au nord de Tours.

Là-bas, Laurie Fardoit navigue entre les villages avec sa librairie itinérante : La Tête dans les nuages. Une roulotte réaménagée avec des étagères et une sélection littéraire de premier choix. Originaire de Lorraine, elle a déjà travaillé en médiathèque, en librairie et en maison d'édition. En 2021, elle décide de tout plaquer pour partir avec sa roulotte à travers les régions de France, avec une première halte en Côte-d'Or en octobre. "Je choisis mon parcours en fonction des endroits que je veux découvrir, et je vise les communes les plus éloignées possible d'une librairie", explique-t-elle, arrivée en Touraine début janvier.

Concentration tourangelle

Car son but n'est pas tant de faire de la concurrence à d'autres librairies indépendantes installées non loin, mais bien d'apporter de la littérature là où les livres arrivent dans les camions de distribution des grandes surfaces ou par colis Amazon. "Ma présence déclenche de la surprise et de la curiosité, parce qu'on ne s'attend pas à trouver des livres sur un marché, assure Laurie Fardoit. Mais c'est très bien perçu, je sens bien que c'était attendu, que les gens seraient contents d'avoir une librairie qui revienne régulièrement."

À en croire le Syndicat de la librairie française, il y aurait environ 3 500 librairies indépendantes en France. Un chiffre relativement stable depuis 10 ans, mais qui cache une énorme disparité géographique. À Tours, les librairies sont nombreuses, et florissantes. Mais dès que l'on sort de l'agglomération, les librairies indépendantes se situant au nord de la Loire en Indre-et-Loire se comptent sur les doigts d'une main.

La boutique Kmi House, à Château-Renault, est l'une des rares élues. Mêlant informatique et culture, on y trouve "des jeux vidéos et des jeux de société au milieu des livres, des films, de la musique", liste le gérant Matthieu Hasselsweiler. L’échoppe a ouvert en septembre 2020, dans le but de proposer "un peu d’éclectisme". Si l'idée de base était fondée sur du service informatique, la librairie "a été la première idée qu'on a eue à ajouter", assure-t-il : "La culture au sens large, c'est une de nos passions, donc en étant à notre compte, on s'est dit que c'était l'occasion de pouvoir faire ce qu'on voulait."

Sans les revenus hors-librairie, "on ne s'en sortirait pas"

Comme lui, dix nouvelles librairies ont ouvert en Centre-Val de Loire depuis 2020, avec peu de fermetures. "Il y a eu un vrai coup d'accélérateur après le Covid, 2021 a été une très bonne année pour le livre", assure-t-on du côté de Ciclic, l'agence régionale du Centre pour le livre, l'image et la culture numérique. En 2020, les ventes de livres en boutiques spécialisées ont malgré tout chuté de près de 10%, selon l'Insee.

Reste que survivre en tant que librairie indépendante en milieu rural reste complexe. Sur les dix ouvertures dans la région, trois se concentrent dans l'agglomération tourangelle. Les autres se répartissent plutôt dans des villes moyennes, comme Gien, Montargis ou Nogent-le-Retrou. Deux exceptions : le Tumulte à Vouvray, et Liber&Vous à Bourgueil, toutes deux en Indre-et-Loire.

Matthieu Hasselweiler, de Kmi House à Château-Renault, est bien heureux que l'informatique rapporte. Car, avec les revenus générés par la seule librairie, "on ne s'en sortirait absolument pas". En milieu rural, vendre des livres fait (très) difficilement vivre, et il faut bien présenter autre chose pour attirer le client dans son commerce.

Peuple de lecteurs

C'est le cas au Grand-Pressigny, en sud-Touraine, où Aurélie Liboureau gère La Maison de la lecture, le bar-tabac du village de 875 âmes. Après une reconversion professionnelle, elle reprend cette institution plus que trentenaire. Et si elle tire la majorité des revenus des parties bar et tabac, elle peut aussi compter sur son rayon livres. "Quand je suis arrivé, on m'a présenté comme la nouvelle libraire", s'enthousiasme la gérante.

Avant une carrière dans la grande distribution, Aurélie Liboureau avait nourri l'ambition de devenir bibliothécaire documentaliste, durant ses études. Alors la reprise d'une boutique qui avait déjà un coin librairie tout prêt, "ça tombait très bien". Un coin qui fonctionne très bien grâce, selon la gérante, à un territoire peuplé de "gens qui lisent beaucoup", et qui "jouent le jeu en commandant chez moi et pas par le e-commerce".

Le succès est tel que "certains m'ont demandé de faire un coin lecture avec des canapés", projet qu'elle est en train de monter pour le courant de l'année 2022. D'autant que, alors que les librairies et rayons livres des grands magasins étaient fermés durant le confinement de fin 2020, Aurélie Liboureau a profité de n'avoir "reçu aucun courrier" pour garder le sien ouvert à ses clients. "Ma foi, ça a bien cartonné", se réjouit-elle.

Miser sur le bouche-à-oreille

La roulotte de Laurie Fardoit, elle, ne prévoit pas de rester encore longtemps en Touraine, malgré "un bouche-à-oreille qui prend de plus en plus". La libraire itinérante, qui ne parvient pas encore à se dégager de salaire, espère créer de l'attente en communiquant sur son parcours. Fin février, elle partira pour la Vendée, avant un périple vers la Loire-Atlantique, la Bretagne, avant d'atteindre la Normandie à la fin de l'été.

"Au départ, je pensais rentrer en Lorraine à la fin de mon périple, mais je me dis de plus en plus que j'aimerais rester dans un des endroits que j'aurai visité, en fonction de là où on aurait le plus besoin de moi." Heureusement pour elle, les territoires ruraux sans librairie ne manquent pas en France.