Indre-et-Loire : dix ans de réclusion criminelle pour le viol d'une octogénaire à Saint-Pierre-des-Corps

Après deux jours de délibérations à la cour d'Assises d'Indre-et-Loire à Tours, un jeune homme de 21 ans a été condamné ce jeudi 26 novembre à dix ans de prison ferme pour avoir violé et extorqué une femme de 87 ans. Les faits remontent au 6 janvier 2018.
Le procès a débuté aujourd'hui et se prolongera jusqu'à demain, jeudi 26 novembre
Le procès a débuté aujourd'hui et se prolongera jusqu'à demain, jeudi 26 novembre © ARNAUD JOURNOIS PHOTOPQR/LE PARISIEN
Ces mercredi 25 et jeudi 26 novembre 2020 à la cour d'Assises d'Indre-et-Loire à Tours, un jeune homme, âgé de 21 ans, était jugé pour viol et extorsion sur personne vulnérable. Incarcéré depuis son arrestation le 17 janvier 2018, le crime remonte au 6 janvier de cette année-là. 

Ce jour-là, l'habitante de Saint-Pierre-des-Corps, âgée de 87 ans, vient de faire ses courses. Elle rentre chez elle à l'aide de son déambulateur. Le jeune homme l'aborde, prétextant vouloir l'aider à porter ses sacs. Il rentre dans le garage, puis dans son domicile avant de la menacer et de réclamer sa carte bleue. L'octogénaire ne se laisse pas faire mais n'arrive pas à prendre le dessus. Il parviendra à ses fins après l'avoir violée. En prison depuis son arrestation, il s'y ferait malmener, car il est associé à ce fait-divers très médiatisé. 

Etablissement de son profil psychiatriaque

Né en Algérie en 1996, les psychiatres estiment que le jeune homme est instable depuis son enfance, vivant à la fois chez sa mère en Algérie, et chez son père en France. Il est déjà connu des services de police, puisqu'il a fait l'objet de 22 condamnations, dont 20 lorsqu'il était encore mineur. La plupart d'entre elles concernent des affaires de stupéfiants. 

D'après les médecins, il s'agit là d'un passage à l'acte opportuniste. L'interpellé souffre de troubles de la personnalité, et a une très mauvaise gestion émotionnelle. Egalement alcoolique, il est considéré comme dangereux et incontrôlable. Concernant cette affaire, il dit ne pas se souvenir de son acte, probablement parce qu'il était sous l'emprise de l'alcool. 

A l'ouverture de son procès mercredi matin, il répondait aux questions sans laisser paraître la moindre émotion. La victime tenait, quant à elle, a être présente l'après-midi. Selon son avocat, "c'est important pour elle de comprendre pourquoi les choses se sont passées d'une telle façon".  

La cour a finalement livré son verdict ce jeudi 26 novembre : dix ans d'emprisonnement en plus d'une interdiction de séjour en Indre-et-Loire pendant cinq ans et d'une inscription au fichier des délinquants sexuels.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société