Bannière résultats municipales

PORTRAIT. Qui est Emmanuel Denis, le nouveau maire écolo de Tours ?

En Centre-Val de Loire, Tours est la seule ville submergée par la "vague verte" de ces municipales 2020. Le candidat écologiste Emmanuel Denis en est à sa deuxième élection, et de nombreuses années d'engagement. Retour sur son parcours en Indre-et-Loire.

Emmanuel Denis sur le plateau de France 3.
Emmanuel Denis sur le plateau de France 3. © France 3 Centre-Val de Loire
Emmanuel Denis est un Tourangeau pur jus. Né à Tours, il y a vécu presque toute sa vie, et y travaille. Et son ascension progressive dans les milieux associatifs et militants de la ville semble avoir été, comme son programme... naturelle.

En 1971, Emmanuel Denis voit le jour à Tours. Ses parents ne sont pas du coin, mais s'y sont bien implantés. Sa mère en tant que directrice de l'école privée Marmoutier, et son père en travaillant à l'imprimerie de La Nouvelle République.

Après l'enfance en Touraine, le jeune Emmanuel Denis doit s'émigrer à Poitiers et Pau pour finaliser des études d'ingénieur. Mais il finit toujours par revenir au bercail : "C'est comme ça, je suis attaché à Tours. J'y ai trouvé ma femme, j'y ai trouvé mon travail, il n'y a jamais eu de raisons pour que je parte", raconte-t-il.
 

De la fibre électronique à la fibre écologique

Côté civil, il travaille depuis 22 ans dans une entreprise de fabrication de puces électroniques. Et côté public... Emmanuel Denis a donné de la tête partout où il a pu. Dans les années 90, il commence par s'investir dans une association de quartier. Fibre locale.

Et puis le côté militant commence à pointer le bout de son nez. "Je travaillais dans les équipes du week-end dans mon usine, donc j'avais du temps libre en semaine", se souvient-il. Alors dans les années 2000, il s'engage au Secours populaire. Fibre sociale.

Un peu après, il devient papa. L'occasion de se positionner au sein d'associations de parents d'élèves. Il devient ainsi vice-président départemental de la Fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE). Des instances dans lesquelles il se bat pour plus de bio à la cantine notamment. Fibre écologique.

Cette dernière fibre, il la doit à sa progéniture :
 

J'ai eu trois enfants. Et quand on a des enfants, on commence à se demander quel air on respire, ou ce qu'il y a dans nos assiettes. Et on en vient à se passionner pour les questions écologiques.

Emmanuel Denis

De militant anti-ondes à tête de liste écolo

Il s'engage également pour faire évoluer la législation en matière d'ondes électo-magnétiques et pour limiter la présences d'antennes relais en ville, avec l'association Robin des Toits. Il devient même délégué de la section d'Indre-et-Loire. 

Alors, "de fil en aiguille, comme je militais pour plusieurs causes écologistes, j'ai adhéré à Europe Ecologie-Les Verts en 2013" raconte-t-il, un organisme grâce auquel son nom circule de plus en plus dans les bouches des écolos tourangeaux. Et son engagement associatif de longue date le propulse, à peine un an plus tard, sur la liste EELV pour les municipales à Tours en 2014. Et pas à n'importe quelle place : encore novice en politique, Emmanuel Denis devient tête de liste. "Ca s'est fait naturellement" une fois de plus, se souvient-il. En cause, "mon engagement actif au sein de la FCPE, et puis il n'y avait pas beaucoup de candidats à l'époque". 

A la tête de cette liste, il double le score des écolos depuis les municipales de 2008, et arrive quatrième avec un peu moins de 12% des voix. Une fusion (infructueuse) avec la liste du maire sortant PS Jean Germain plus tard, Emmanuel Denis se retrouve sur les bancs de l'opposition à la mairie de Tours pendant les six dernières années.

Six ans qu'il estime aujourd'hui nécessaires dans son apprentissage politique :
 

En 2014, on avait l'ambition de faire peser l'écologie, mais pas encore de prendre la mairie. Etre au conseil municipal a été une formation aux affaires de la ville. Ca m'a permis de traiter tous les dossiers, y compris ceux de la métropole.

Emmanuel Denis

Démocratie participative

Plein d'ambition, Emmanuel Denis se lance, seulement un an après son élection, dans un projet de liste citoyenne appelée "Les Cogitations", "avec world café et tirages au sort" pour appuyer la tendance démocratie participative. Selon lui, le projet est alors "d'attirer les habitants qui avaient un projet pour la ville sans avoir un engagement ou un positionnement politique". 

A l'époque, malgré son siège au conseil municipal, la célébrité d'Emmanuel Denis est surtout faite dans les milieux associatifs et militants de Tours. Mais le projet des Cogitations attirer les habitants et l'attention des mouvements de gauche de la ville. 

Si bien que, en amont des élections de 2020, Emmanuel réussit l'exploit de fédérer la gauche locale autour de sa candidature. EELV bien sûr, puis suivent Génération-s et la France insoumise, le parti socialiste, le PCF, Place publique et Nouvelle donne.

Un beau casting, uniquement gâché par la candidature séparée du dissident LFI Claude Bourdin au premier tour. Un gravier dans sa chaussure. Emmanuel Denis est en effet devenu ce dimanche 28 juin le premier maire écologiste de Tours, avec 55% des voix.
De chefferie en chefferie, de tête de liste en tête de liste, et de siège de conseiller à siège de maire, tout a l'air d'aller vite pour Emmanuel Denis. "La question écologique est devenue primordiale en France, explique-t-il. Il était important de ne pas rater le coche cette fois-ci."
 

"Rien n'est plus puissant qu'une idée dont le temps est venu"

Car malgré ses succès rapides, le tout nouveau maire de Tours sait bien que sa victoire est à mettre sur le compte du "travail accompli, mais aussi parce qu'on arrive au bon moment et qu'on fait partie de cette vague verte. "Rien n'est plus puissant qu'une idée dont le temps est venu", disait Victor Hugo."

D'où la question : les Tourangeaux ont-ils voté pour un homme ou pour une tendance politique ? Pour Benoist Pierre, candidat LREM à la mairie de Tours en mars, la question semble vite répondue :
 

Les Tourangeaux ne le connaissent pas beaucoup. Même moi, j'ai un taux de notoriété plus important que le sien.

Benoist Pierre

Le désormais conseiller municipal de l'opposition voit avec un oeil craintif le passif très militant du nouveau maire. Pour lui, "un maire doit avoir une position d'arbitre, prendre de la hauteur et mettre en cohérence les forces de la cité. J'ai peur qu'il reste dans un certain activisme politique", conclut-il.

En attendant de prendre de la hauteur, Emmanuel Denis dit croire en son projet et en sa capacité à faire participer Tours à la construction du "nouveau monde" :
 

L'écologie doit s'appliquer à tout le monde. Sinon on va droit dans le mur. La vague verte a permis de changer d'échelle. Un réseau de villes vertes, c'est le moyen de faire pression sur l'Etat. Et si la France réussit sa transition écologique, elle peut ensuite faire changer l'Europe.

Emmanuel Denis

Emmanuel Denis pourra-t-il changer le monde depuis Tours ?
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter