A Tours, les McDonald's sont les seuls en France à avoir maintenu la vente à emporter au grand dam des salariés

Les McDonald's de la métropole tourangelle sont les seuls en France à avoir maintenu les drive et la vente à emporter depuis l’annonce du confinement dû à la pandémie de covid19. Une situation dénoncée par les salariés, pour qui les mesures de sécurité ne sont pas respectées.
À Tours, Amboise, Saumur et Châtellerault, les McDonald's restent ouverts en pleine épidémie de coronavirus.
À Tours, Amboise, Saumur et Châtellerault, les McDonald's restent ouverts en pleine épidémie de coronavirus. © FAZRY ISMAIL / MaxPPP
Le Big Mac serait-il devenu un produit de première nécessité ? Il semblerait que oui, pour les habitants de la région de Tours. Alors que partout en France, près de 1 500 McDonald’s ont fermé leurs portes après la mise en place du confinement, 12 restaurants restent ouverts à Tours, Amboise, et dans des départements alentours, à Saumur ou encore Châtellerault.
Ces restaurants, qui appartiennent tous au même gérant, Bernard Simmenauer, font l'objet d'un “test" selon la direction de la chaîne de fast-food, tandis que les salariés dénoncent les conditions de travail, notamment dans une enquête publié par Mediapart le 5 avril. De son côté, le franchisé de 22 établissements au total n'a pas souhaité s'exprimer sur le sujet malgré nos demandes. Seule une déclaration* par écrit à l'attention des médias nous a été parvenue :
 

La direction des restaurants McDonald’s de Tours tient à rappeler que la sécurité des équipes est sa première priorité (...) et travaille, depuis plus de 15 jours, à développer et tester des mesures de sécurité nouvelles dans une démarche de progrès continue.
Déclaration écrite de Bernard Simmenauer à l'attention des médias


Les restaurants de Tours, des "sites pilotes"

Ce test, s'il s'avère concluant, doit permettre à l'enseigne d'étendre l'ouverture à d'autres restaurants en France. Trois restaurants supplémentaires ont d'ores et déjà ouverts leurs portes en Île-de-France, considérés comme des “sites pilotes” au même titre que les restaurants de Tours. L’enseigne invoque la mise en place d’un “guide opérationnel” visant à “renforcer significativement les mesures sanitaires" pour les personnels et les clients en drive et en livraison à domicile. 
 
À Tours, "les mesures de distanciations sont en place avec des zones délimitées par des rubans de balisage pour délimiter les espaces de travail et un marquage au sol a été mis en place", affirme Bernard Simmenauer.
À Tours, "les mesures de distanciations sont en place avec des zones délimitées par des rubans de balisage pour délimiter les espaces de travail et un marquage au sol a été mis en place", affirme Bernard Simmenauer. © McDonald's France

Pour Quentin, délégué du personnel du McDonald’s des Deux-Lions à Tours, la réalisation de ce guide n’est qu’une excuse : “Si le guide n’est pas encore validé, pourquoi restons-nous ouverts à Tours ?”, questionne le jeune homme de 23 ans. Dès le 25 mars, celui-ci avait donné l’alerte sur son compte Facebook :

Aujourd’hui, ma compagne part sauver des vies et moi servir des burgers ! Je ne travaille pourtant pas dans un supermarché, je ne fais pas partie du personnel soignant, je ne suis pas un agent d’entretien, je ne suis pas un routier et je ne suis pas toutes les autres personnes indispensables pendant cette crise sanitaire. Je suis employé d’une grande chaîne de fast-food américaine à Tours. Je prends donc le risque de vous contaminer et de contaminer mes collègues ou de l’être pour que des citoyens puissent manger des burgers !
Post Facebook de Quentin, délégué du personnel McDonald's

 


"Le profit avant la santé"

Si le jeune homme a décidé de parler publiquement, c'est pour exprimer son “ras-le-bol”. “Je n’ai plus rien à perdre. J’avais donné ma démission avant la mise en place du confinement”, raconte-t-il. “Le fait que McDonald’s se fiche totalement de la santé et de la sécurité de ses salariés me conforte dans mon choix de partir. Aujourd’hui, c’est pour celles et ceux qui restent que je me bats.”

Car Quentin l’assure, ses collègues vont au travail avec la peur au ventre. À l'instar de ce manager de l'enseigne américaine installée dans le centre-ville de Tours contacté par France 3 et qui souhaite garder l'anonymat. Après l'annonce du Gouvernement de fermer cafés et restaurants, le jeune homme affirme avoir eu une discussion avec le président de la franchise : “Il m’a regardé dans les yeux et m’a dit : “Le profit avant la santé”.
 
Aux Deux-Lions, Quentin assure que les salariés ont continué à travailler sans masque jusqu'en avril.
Aux Deux-Lions, Quentin assure que les salariés ont continué à travailler sans masque jusqu'en avril. © Photo fournie par l'association React

Les salariés du restaurant ont continué à travailler “sans aucune protection, seulement avec des cache-barbes jusqu’au 2 avril” affirme de son côté Quentin, du restaurant des Deux-Lions. Depuis quelques jours, le port du masque chirurgical a été appliqué. Une situation que le manager anonyme juge “indécente”.
 

On arrive à se fournir en masques alors que des hôpitaux en manquent… À quel moment McDonald’s est-il plus utile qu’un hôpital ?”
Un manager de McDonald's souhaitant garder l'anonymat


"On se marche dessus"

Le problème majeur dans le restaurant situé dans le centre-ville de Tours est la difficulté à respecter la distanciation sociale entre collègues. “La cuisine est toute petite par rapport à un restaurant en zone commerciale. On se marche dessus”, affirme le manager. Dans sa déclaration*, Bernard Simmenaue indique pourtant que “des zones délimitées par des rubans de balisage (...) et un marquage au sol a été mis en place. Chaque personne est ainsi éloignée de plus d’un mètre de son collègue".

De plus, un certain nombre d’employés utilisent les transports en commun pour venir au restaurant. "Ils s’exposent à un risque de contamination", remonte Irvin Violette, membre de l'association React (Réseau pour l’action collective transnationale) qui défend notamment les droits des travailleurs de McDonald's et compile les témoignages des salariés de Tours.
 

Les personnes qui font de l'asthme ou ont des maladies chroniques n'ont pas d'autres choix que de prendre des congés maladies ou de ne pas venir, et donc de ne pas être payés. D'autres s'occupent de parent et de grands-parents dépendants, mais la direction ne veut rien savoir.
Irvin Violette de l'association React, qui défend les salariés de McDonald's


Autre problème : la localisation du restaurant en centre-ville de Tours qui favorise le rassemblement des livreurs UberEats ou Deliveroo, et semble également inciter les clients à venir se restaurer plus facilement qu’ailleurs. “Les gens se baladent sur la place et viennent nous commander des glaces comme si le confinement et la maladie n’existaient pas”, se désole le jeune manager qui aimerait faire comprendre aux Tourangelles et Tourangeaux que McDonald’s, ce n’est pas vital.
 
*La déclaration de Bernard Simmenauer
"La direction des restaurants McDonald’s de Tours tient à rappeler que la sécurité des équipes est sa première priorité.
 
Accompagnés par les ingénieurs qualité de l’enseigne, et en lien avec la préfecture d’Indre-et-Loire, la direction des restaurants de Tours travaille, depuis plus de 15 jours, à développer et tester des mesures de sécurité nouvelles dans une démarche de progrès continue. 
 
Nous nous sommes améliorés tous les jours avec rigueur et détermination avec la volonté d’être mieux disant que les recommandations sanitaires. Aujourd’hui, un guide de nouveaux process très robustes de préparation, de prise de commande ou de délivrance des sacs est en place pour aller au-delà de l’ensemble des mesures barrières recommandées. Ce guide a fait l’objet d’une validation de plusieurs médecins spécialistes.
 
Les échanges sont naturellement constants pour les amender et les renforcer avec les salariés.
 
Ces nouvelles procédures ont été présentées, quotidiennement, aux représentants du personnel et à l’ensemble des équipes.
 
L’ensemble des salariés mobilisés pour continuer à servir les clients le sont dans le respect le plus strict de la loi, des arrêtés, des décrets, ordonnances ainsi qu’évidement du code du travail.
 
Parmi les mesures prises pour assurer la sécurité des équipes qui poursuivent le service des clients, nous avons mis en place :
  • Les salariés doivent tous porter un masque (disponible en restaurant- pas un cache-barbe) dès la prise de poste et jusqu’à leur fin de service alors que les recommandations sanitaires ne l’intègrent pas.
  • L’ensemble des salariés doivent se laver les mains, un par un, toutes les 30min avec un savon bactéricide. L’ensemble des équipes a la possibilité de porter des gants à usage unique mis à disposition.
  • Pas plus d’un équipier à la fois dans les vestiaires, les horaires ont été décalés pour des arrivées et des départs séquencés.
  • Les mesures de distanciations sont en place avec des zones délimitées par des rubans de balisage pour délimiter les espaces de travail et un marquage au sol a été mis en place. Chaque personne est ainsi éloignée de plus de 1 mètre de son collègue. Selon les restaurants, les fenêtres de « prise de commande » du drive ont toutes été équipées d’un plexiglas fixe ou d’un système limitant l’ouverture au seul passage du terminal de paiement. La seconde fenêtre, pour la remise des commandes est équipée d’un tourniquet de sécurité pour remettre les commandes sans contact entre les salariés et les clients ou de fenêtres avec une ouverture limitée au seul passage d’un sac.
  • Les paiements en espèce ont été proscrits au profit du paiement sans contact."
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société alimentation sécurité