Covid-19 : alerte renforcée en Indre-et-Loire. Des règles durcies dans le Loiret et le Centre-Val de Loire

La préfète d'Indre-et-Loire a annoncé ce 16 octobre le passage du département en alerte renforcée face au covid-19. D'autres collectivités de la région, comme la métropole d'Orléans, pourraient être concernées dans les prochains jours.

Les restaurants fermeront désormais dès 22 heures. Photo d'illustration
Les restaurants fermeront désormais dès 22 heures. Photo d'illustration © Pierre Plottu / MAXPPP
C'est désormais officiel, le département d'Indre-et-Loire est passé en alerte renforcée face au covid-19. Dans une conférence de presse donnée ce 16 octobre, à la suite de la déclaration de l'état d'urgence sanitaire, la préfète Marie Lajus a annoncé de nouvelles règles s'appliquant à la métropole de Tours et au département, en plus des règles nationales.
 

Pas de couvre-feu en Centre-Val de Loire, mais des règles plus strictes

Si la Touraine échappe au couvre-feu, les bars du départements ont néanmoins l'obligation de fermer dès 22 heures. Tous les vestiaires de sports collectifs (sauf pour la pratique professionnelle ou de haut niveau) sont fermés, et les grands événements sont limités à une jauge de 1000 personnes.

"Dans le département d'Indre-et-Loire et particulièrement dans la métropole de Tours nous avons une situation de circulation du virus qui est inquiétante et justifie des mesures de précaution très renforcées", a estimé la préfète. La situation de Tours, explique-t-elle, est similaire à celle de "deux ou trois grandes villes qui ne sont pas loin de la limite du couvre-feu".
 

Jeune ou moins jeune, on est tous susceptibles de communiquer le virus à des personnes malades, âgées ou vulnérables. Pour être efficaces il faut qu'on soit tous extrêmement rigoureux.

Marie Lajus, préfète d'Indre-et-Loire

De fait, le taux d'incidence dans la métropole de Tours a fortement progressé dans les dernières semaines, passant de moins de 140 à 193 cas pour 100 000 personnes en deux semaines, et la décision d'imposer le couvre-feu pourrait intervenir à partir de 250. Une "vingtaine de décès sur cette deuxième vague" sont déjà à déplorer, d'après la préfète. A l'échelle du département, le dernier point de l'ARS faisait état d'un taux d'incidence de 114,10 du 3 au 9 octobre. Entre le 12 et le 16, ce taux aurait déjà grimpé à 136,8.
 

Le Loiret durcit les mesures de précaution

Suite au passage en état d'urgence sanitaire national, les autres départements ont également adapté leurs règles face au covid-19. Le Loiret, en particulier, a annoncé en fin d'après-midi la fermeture des bars à 22 heures dès le 19 octobre, et pas de distribution d'alcool dans les restaurants après 22 heures également. Les buvettes et rassemblements sont interdits. D'après les chiffres les plus récents de l'ARS, le taux d'incidence dans le Loiret est passé de 119,20 à 141,20.

D'autres départements, comme l'Indre, sont encore en zone "verte", mais appliquent tout de même les règles nationales : des rassemblements de moins de six personnes (sauf en cas de manifestation), aucune activité dans les salles des fêtes et un protocole sanitaire pour les restaurants, entre autres.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société