En Indre-et-Loire, la famille Kuipers fabriquera le premier gouda de Touraine !

A Sonzay, en Indre-et-Loire, les membres de la famille Kuipers sont agriculteurs de génération en génération. Les deux enfants ainés, fiers de leur origine hollandaise, veulent à présent proposer en Touraine le tout premier gouda produit dans la région.

La famille Kuipers
La famille Kuipers © Laurent Kuipers

"La meule d'or des hollandais". Le gouda est le fromage le plus connu et les plus consommés des Pays-Bas, "l'autre pays du fromage". Fabriqué et dégusté dans le monde entier, il se démarque par "son utlisation dans toute sorte de recettes et sa note de noisette" aime rappeler Laurent, l'un des enfants de la famille Kuipers, âgé de 25 ans. Avec son frère Maurice, d'un an son ainé, ils ont eu l'idée en 2018 de fabriquer le premier gouda de Touraine au sein de la ferme de leurs parents.

[Trophées des territoires 🏆] La fin des votes ‘’coup de 💗 du public” a sonné ! Nous sommes ravis de vous annoncer que...

Publiée par Ferme de La Gautraie sur Lundi 25 janvier 2021

Un métier qui se transmet de génération en génération

L'histoire de la ferme de la Gautraie commence en 1993. A cette époque, Haintke et Sjoukje Kuipers forment un jeune couple néerlandais. Ils sont tous les deux issus de familles d'éleveurs et souhaitent rapidement avoir leur propre exploitation agricole. "Financièrement, nous étions obligés de partir à l'étranger. La seule ferme qui rentrait dans notre budget, c'est celle que nous gérons encore aujourd'hui" explique Sjoukje. Elle et son mari s'installent donc à Sonzay, en Indre-et-Loire où ils auront quatre garçons : Maurice, Laurent, Nathan et Elian. 

Ils commencent alors à produire du lait grâce à une quarantaine de vaches à l'époque, contre 55 aujourd'hui. A présent, ces animaux vivent sur 65 hectares de terrain et peuvent fournir jusqu'à 450 000 litres de lait par an. Une réussite pour un secteur très impactés par l'ouverture à la concurrence mondiale.

Mes parents produisaient du lait pour le vendre à la coopérative, ce qui n'est déjà pas très valorisant. Qui plus est, avec l'arrivée des marchés mondiaux, le prix n'a pas bougé depuis les années 1970 mais les charges, elles, ont considérablement augmenté" 

Laurent Kuipers, fils des gérants de la ferme de Gautraie

A compter de ce moment-là, le couple va se lancer dans la transformation du lait en proposant des glaces, qui permettent de valoriser 15 000 litres de lait par an, et des yaourts. En parallèle, leurs enfants se montrent très intéressés par l'agriculture puisqu'ils ont "toujours vécus sur l'exploitation".

"Par le biais de nos origines, on a voulu se démarquer des autres"

"Mon frère [Maurice] et moi nous avons fait nos études dans le monde agricole. Lui a obtenu un bac profesionnel CGEA (Conduite et Gestion de l'Entreprise Agricole, ndlr) et moi un BTS production animale". En 2017, les deux jeunes hommes sont passés par l'école de l'industrie laitière pour apprendre tout ce qu'il y a à savoir sur la transformation des produits laitiers. Ils ont ensuite pu s'installer au sein de la ferme familiale.

"On avait déjà le yaourt et les glaces, qui sont des produits assez répandus dans le département. Par le biais de nos origines, on a voulu se démarquer des autres. C'est là qu'on s'est penchés sur le fromage, histoire de valoriser davantage de lait". En effet, selon leurs premières estimations, cette production permettrait de valoriser 100 000 litres de lait chaque année.

Contraints de s'installer dans l'ancienne salle de traite, les deux frères ont eux-mêmes créé leur laboratoire où il élaboreront leur gouda de Touraine. "On a été freinés par le confinement, mais ça nous a aussi permis d'alléger l'investissement". Ils espèrent pouvoir proposer leur nouveau produit d'ici cet été à leurs clients (particuliers, restaurateurs et fromagers) pour rapidement en faire profiter toute la région.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie insolite gastronomie culture