Pour le festival Aucard de Tours : rendez-vous en septembre

Initialement prévu en juin, le festival va, selon ses propres mots, "tenter le coup en septembre." Cette 35e édition, raccourcie à quatre jours, se déroulera du 17 au 20 septembre.
 

Pongo a mis le feu à la scène tourangelle...
Pongo a mis le feu à la scène tourangelle... © JP. Elme, F3 Centre-Val de Loire
Les amateurs de musiques amplifiées alternatives, indépendantes, foutraques et zarbis ont encore l’espoir de voir se dérouler leur festival préféré cette année.

Contrairement à beaucoup d’événements du même genre - quoique celui-ci ne ressemble à aucun autre - les organisateurs d’Aucard de Tours, initié et soutenu par Radio Béton, ont misé sur le report plutôt que d’acter l’annulation.

Cette opportunité est offerte par la disponibilité du parc de la Gloriette, la radieuse prairie où chaque année sont installés les différentes scènes et chapiteaux. La formule devra toutefois être un peu réduite. Quatre journées de concerts au lieu de cinq, plus d’apérocks en ville ni d’événements dans les rues. Annulation également du spectacle pour enfants, mais ce sera un moindre mal."Nous avons la chance de ne pas être une très grosse machine, explique Enzo Petillault, le programmateur du festival. Nous sommes plus souples pour tout bouger. Nous n’accueillons que 4 000 personnes par jour. Et nous avons beaucoup de bénévoles."

Le souci du programmateur est donc actuellement de recomposer une affiche légèrement réduite selon les disponibilités des artistes.

Sur les 32 groupes prévus au départ, peut-être que quatre ou cinq ne pourront pas venir. Pour ceux qui viennent de loin, d’Afrique, d’Australie, des Etats-Unis, ce sera compliqué et on parle déjà de 2021. Tous les français et européens annoncés devraient être présents. Nous dévoilerons l’ensemble de la programmation mi-juin, mais les pass qui donnent accès à l’ensemble du festival sont déjà en vente.

En plein dans le HOP POP HOP

Aucard se met donc en situation d’exister en 2020, mais les organisateurs ont conscience que le projet reste fragile. Si les contraintes sanitaires sont trop fortes – comment maintenir un mètre de distance entre chaque spectateur dans un concert de rock ?- ils préfèreront annuler plutôt que d’exister dans une ambiance anxiogène, incompatible avec l’esprit du bazar.

"Nous devrons prendre une décision définitive début juillet car c’est là que nous commencerons à engager des frais", poursuit Enzo Petillault.

Les amateurs de musiques tacapoum qui font remuer les fesses peuvent respirer. Mais si tout va bien, ils vont se retrouver confrontés à un dilemme, un vrai conflit régional. 

Le festival orléanais Hop Pop Hop, consacré aux mêmes genres musicaux, était déjà prévu aux mêmes dates les 18 et 19 septembre. Aucard de Tours ne pouvait se décaler plus tard sans percuter un autre festival tourangeau, Quartiers Libres.

Avec autant d’événements reprogrammés en septembre et octobre, la collision était inévitable. Le Tour de France, Roland Garros et la fête de la châtaigne à Yvoy-le-Marron (41) à quelques semaines d’intervalle, ça fait beaucoup. Dormons maintenant, car en septembre on n’aura plus le temps.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
musique culture festival événements sorties et loisirs