• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Handicap : qu'en pensent les étudiants et jeunes actifs ?

Certains classes sont aménagées pour intégrer les élèves en situation de handicap / © IP3 PRESS/MAXPPP
Certains classes sont aménagées pour intégrer les élèves en situation de handicap / © IP3 PRESS/MAXPPP

Dans "T'en penses quoi ?", Calie ouvre le débat autour du handicap avec 4 jeunes de 21 à 25 ans, étudiants ou actifs.

Par Nicolas Ricoud

Ils s'appellent Elora, Louis, Erwan et Timothé. Ils ont entre 21 et 25 ans. Deux d'entre eux sont étudiants, les deux autres sont de jeunes actifs. Ensemble, ils évoquent un sujet de société animé par la youtubeuse Calie pour l'émission "T'en penses quoi ?" : le handicap.
 
 

Qui sont les 4 jeunes qui participent à l'émission ?

Dans l'émission, les jeunes sont tous concernés par le handicap. Louis, étudiant à Tours et âgé de 25 ans, a été amputé d'une jambe il y a deux ans et désormais, il porte une prothèse. A ses côtés, Elora, étudiante de 22 ans, souffre d'un handicap qualifié d'invisible, elle est dyslexique et dysorthographique : "j'ai découvert mon handicap en CE1 alors que j'avais du mal à écrire".

Sur le plateau également, Erwan, 25 ans et dont le père est en situation de handicap. Et enfin, Timothé, 25 ans, qui travaille dans le domaine du BTP et qui nous explique que dans la construction, il est en lien avec le handicap à travers les différentes normes qui existent dans son secteur d'activité.
 

Tout le monde est-il bien sensibilisé aux questions du handicap ?

Elora nous raconte son enfance en tant qu'élève dys. Et évoque le fait que pour soigner sa dyslexie, elle était suivie par un orthophoniste toutes les deux semaines. Elle a également bénéficié d'aménagement pour les épreuves du brevet quand elle était au collège. Elle livre une anecdote troublante au cours de l'émission : "quand j'ai fait une demande à la MDPH, on m'a répondu qu'une dictée suffirait à ne plus être dysorthographique alors que ce n'est pas du tout le cas !". Elle ne s'est pas senti soutenue par les professionnels de santé, mis à part son orthophoniste.

A son avis, les élèves dyslexiques auraient besoin d'AVS pour les accompagner mais selon elle, "on les dirige vers des classe Ulis". Elle poursuit : "ils n'ont pas besoin de cette solution. Ils ont surtout besoin d'un bon accompagnement". Avant de conclure : "il y a beaucoup de manques au niveau de l'Education nationale".

Timothé, jeune actif dans le milieu du BTP, explique que selon lui les choses changent : "les choses sont faites pour que les élèves handicapés aient la même scolarité que les autres élèves".
 

Emploi et handicap

Comment est-ce que le handicap est considéré dans le milieu professionnel ?

Pour Erwan, qui a toujours connu le handicap à travers sa vie familiale, son père étant unijambiste : "il y a beaucoup de gens qui ont envie de travailler mais qui ne le peuvent pas à cause de leur handicap".

Louis évoque le quota de 6% de salariés handicapés dans les entreprises d'au moins 20 salariés : "cela ne doit pas être "on a besoin d'une personne handicapée pour remplir les quotas"". Et de se demander "à quel point la discrimination positive est nécessaire pour se mettre en mouvement et aller vers quelque chose de naturel".

Pour poursuivre le débat, regardez "T'en penses quoi ?" sur ce sujet et n'hésitez pas à commenter sous la vidéo YouTube.
 


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Indre-et-Loire : un Rabelais de poche aux enchères le 16 juin

Les + Lus