Il faudra bientôt des vignettes Crit'Air pour se rendre à Tours, la mise en place de la ZFE, est prévue le 1er janvier 2025

La loi Climat et Résilience du 24 août 2021 rend obligatoire l’instauration de ZFE (zone à faible émission,) pour toutes les collectivités de plus de 150 000 habitants d’ici au 1er janvier 2025. Dans notre région, deux territoires sont concernés, Orléans Métropole et Tours Métropole Val de Loire. La métropole tourangelle vient de dévoiler le périmètre de sa ZFE.

Les ZFE-m, Zones à Faibles Émissions-mobilités sont des outils permettant d’améliorer la qualité de l’air en accélérant le renouvellement de véhicules polluants. Déjà en place dans plusieurs grandes villes de France, ce système sera étendu, le 1er janvier 2025, aux collectivités de plus de 150 000  habitants.

Tours Métropole Val de Loire vient de dévoiler le périmètre de sa future ZFE. Une carte établie en fonction de plusieurs paramètres, comme l'explique Emmanuel Denis, maire EEVL de Tours et Vice-Président délégué aux transports et à la mobilité douce de Touraine (SMT) :

"Nous avons pris en compte la densité de population, il fallait que le périmètre englobe au moins la moitié de la population de la métropole. Nous y avons bien sûr intégré les données sur la qualité de l'air que fournissent les 3 sondes de Tours-Nord, Tours-Centre et Joué-les-Tours. Et calqué ce périmètre sur le réseau de transports en commun et de parkings relais qui offrent une alternative."

Environ 6000 véhicules concernés

La carte ZFE ainsi obtenue est délimitée, à l'Est, par l'A10, à l'Ouest par la rocade, avec une encoche permettant l'accès au parking relais de la Gloriette et à la ZI du Menetton :

Les véhicules les plus polluants ne pourront plus entrer dans le périmètre de la ZFE. Le niveau de pollution est évalué avec 6 pastilles de couleur (les fameuses vignettes Crit'Air, de 0 à 5) en fonction de l'âge du véhicule et du type de motorisation.

La ZFE de Tours prévoit le retrait des véhicules non classés, qui ne peuvent disposer d'une des 6 vignettes, c’est-à-dire :

  • les véhicules légers immatriculés avant le 31/12/1996
  • les véhicules utilitaires légers immatriculés avant le 30/09/1997
  • les poids lourds, autobus et autocar immatriculés avant le 30/09/2001.

Sur les quelque 160 000 véhicules immatriculés dans la métropole, 6000 environ seraient concernés et ne pourraient plus entrer dans ce périmètre.

Il y aura des dérogations

"On aurait pu aller plus loin que ce à quoi la loi nous oblige, reprend Emmanuel Denis, par exemple interdire l'accès aux véhicules Crit'Air 5. Mais on considère que cette loi peut engendrer des inégalités, certains n'ont pas la capacité de changer de véhicule. Et se pose aussi la question de l'activité économique, qu'il ne faut pas trop impacter."

Un exemple typique : les véhicules des commerçants non-sédentaires, qui se rendent sur les marchés "de plein-vent". Une réflexion est en cours à la métropole pour établir une liste de dérogations (outre celles déjà prévues au plan national, comme les véhicules d'urgence ou ceux des personnes handicapées). Les véhicules des commerçants non sédentaires, donc, certains véhicules de chantiers du BTP, les véhicules de collection, mais également ceux qui doivent accéder aux urgences des hôpitaux Clocheville et Bretonneau (l'hôpital Trousseau et les deux cliniques, au Nord et au Sud de la métropole, ne sont pas dans le périmètre).

Hormis ces dérogations, les conducteurs des véhicules concernés pourront faire l'objet d'une amende (135€) en cas de contrôle par la police nationale ou municipale.

Contribuer à la prise de conscience

Tours Métropole se met ainsi en conformité avec la loi mais, semble-t-il, sans grand enthousiasme. À propos de l'impact réel de cette mesure sur la pollution de l'air, Emmanuel Denis semble dubitatif. Faisant référence au plan pour une ville apaisée, présenté tout récemment, le maire de Tours commente :

"Nous croyons au développement des transports en commun, à celui du vélo, à la ville à 30 km/h...la ZFE est un petit levier, et ce n'est clairement pas sur celui-là que nous misons..."

Propos nuancé par Christophe Boulanger, conseiller métropolitain et vice-président du Syndicat des Mobilités de Touraine :

Il y a tout de même un élément extrêmement important dans la ZFE, c'est la question de la pédagogie. On sait que cela va se durcir, et il s'agit de préparer le territoire à ce durcissement à venir. La ZFE peut contribuer à une prise de conscience sur une question cruciale pour les années à venir.

Christophe Boulanger, conseiller métropolitain et vice-président du Syndicat des Mobilités de Touraine

S'ils ont encore 8 mois devant eux, les Tourangeaux sont invités à s'équiper d'ores et déjà de leur vignette Crit'Air, disponible sur le site officiel. Il leur en coûtera un peu moins de 4€.