Indre-et-Loire : trois Tourangelles se lancent dans l'aventure du Raid Amazones pour faire connaître l'association France AVC37

Publié le

Sarah, Vanessa et Mélissa s'entrainent dur avant leur participation au Raid Amazones qui aura lieu au Sri Lanka le 27 mars. Participer à ce raid féminin leur permet de relever un challenge sportif mais aussi de soutenir une cause qui leur tient à coeur, puisque Sarah a elle-même été victime d'AVC.

Elles y pensaient depuis trois ans. Elles devaient déjà y participer l'année dernière mais le Covid en a décidé autrement. Cette année est la bonne pour les 20 ans du Raid Amazones. Sarah Panigada, Vanessa Fleury et Mélissa Mouraud-Bierry prendront le départ du Raid Amazones le 27 mars prochain au Sri Lanka. Au programme : VTT, trail, canoë et tir à l'arc. Elles sont les Raid'hot 2021.

Trois femmes sportives tournées vers les autres

"On y va pour passer la ligne d'arrivée et pour passer du bon temps ensemble." Vanessa Fleury a 42 ans. Elle est directrice de croisière en reconversion vers une activité de maraîchage bio. "On s'entraîne régulièrement de notre côté et on se retrouve une fois par mois pour un week-end complet dans les conditions du Raid. On entraîne tout le corps. Vu ce qui nous attend, il nous faut une préparation physique complète."

"Et il faut aussi préparer le mental", ajoute Mélissa Mouraud-Bierry, informaticienne. A 45 ans, elle est passionnée d'équitation, de course à pied et de vélo. "Il va faire 33 degrés avec un taux d'humidité de 80 %. Donc le mental aura une grande importance si on veut arriver au bout toutes les trois."

6 jours de défi sportif en pleine nature

Réparties en équipes de deux ou trois, 300 "Amazones" se défient pendant 6 jours, le matin, dans des disciplines telles que le VTT, le canoë, le trail, le tir à l'arc : 30 à 50 km de VTT, Trail entre 10 et 20 km, canoë entre 12 à 16 km en mer ou lac et jusqu'à 20 km en rivière dans le sens du courant, tir à l'arc sur une cible de 80 cm à une distance de 10 m.

L'après-midi, les "Amazones" partent à la rencontre des populations et de la culture locale. 

La cadette de l'équipe s'appelle Sarah Panigada. Elle a été victime de deux AVC lorsqu'elle avait 28 ans. Aujourd'hui, huit ans plus tard  elle veut montrer que le sport est un bon moyen de prévenir les accidents vasculaires cérébraux. "On avait envie de se lancer un défi ensemble. On s'est rencontré au Vietnam. On aime rigoler et se dépasser. Là en plus on le fait pour défendre une cause qui nous touche."

C'est en effet pour sensibiliser aux risques d'AVC et faire connaître l'association France AVC37 que ces trois amies tournées vers les autres se lancent dans l'aventure du Raid Amazones. 

L'AVC, première cause de handicap acquis chez l'adulte

Ce samedi 26 février, après leur entraînement, Sarah, Mélissa et Vanessa ont tenu un stand de sensibilisation à l'AVC au centre commercial l'heure tranquille à Tours. "On a choisi de soutenir l'association France AVC37 parce que j'ai eu deux AVC et que c'était une évidence", raconte Sarah. "Grâce à notre défi, nous donnons de la visibilité à l'association et nous participons avec eux à des actions de prévention comme ici. "

L'association France AVC37 est une association de patients concernés par l'AVC. Il existe 49 antennes qui couvrent 84 départements. Son objectif : en parler pour mieux prévenir les risques. 

"L'association France AVC37 met aussi en relation les victimes d'AVC les unes avec les autres. Cela permet d'être rassuré et de se sentir soutenu dans les moments difficiles", raconte Sarah Panigada. 

Chaque année, 150 000 personnes sont victimes d'un AVC, plus de 110 000 sont hospitalisées et 30 000 en décèdent. Cette pathologie représente la première cause nationale de handicap acquis de l'adulte : plus de 500 000 Français vivent avec des séquelles.