Indre-et-Loire : acte de vandalisme sur la base nautique de Tours & canoë au démarrage de la saison

Tous les pneux des véhicules de Tours & Canoë crevés et les vitres brisés, ont empéché l'activité de location touristique de démarrer ce vendredi matin sur la base nautique de Vouvray. Des actes de vandalismes qui interviennent au plus mauvais moment.

Après un mois de mai calamiteux pour les activités de plein-air, la base de loisirs nautiques Tours&Canoë, de Vouvray, s'apprêter à réalisé une grosse activité ce vendredi 31 mai et tout le week-end. L'entreprise privée propose à la location des canoës pour descendre la Loire dés que les beaux jours sont là. La société qui a repris l'exploitation du site et de l'activité l'an dernier, avait à cœur de bien démarrer sa saison.

À l'ouverture de la base ce vendredi matin, les employés ont découvert les minibus destinés aux transports des passagers et des bateaux avec les pneus tous crevés et de nombreuses vitres brisées.
 

"Tous nos camions ont eu les roues crevés, avec en plus des vitres cassées, ils ne se sont pas attaqué aux bâtiments qui sont sous alarmes" se désespère Sébastien Trouchon, le gérant de l'entreprise.

"On a eu un mois de mai pourri, pas un seul pont, il pleuvait tous les week-ends, on a absolument rien foutu sur le mois de mai et arrivait le premier week-end où il fait beau avec plein de réservations, on été quasi-complet, et là ça tombe au pire des moments"

Un acte de vandalisme qui a obligé l'entreprise à annuler les descentes de Loire prévues ce vendredi matin.
 Si la moitié de la journée a été perdue, la réparation rapide de tous les pneus a sauvé l'activité de l'aprés-midi tant bien que mal.
"Tout a été désorganisé, heureusement, on a des réparateurs qui sont venus intervenir en urgence, ils nous changent toutes les roues et on roule avec les vitres ouvertes..." "Je ne sais pas quel est le motif. Est-ce une vengeance, est-ce qu'on dérange quelqu'un? Ce qui est assez étrange, c'est que de tous les véhicules, seuls ceux de Tours&Canoë ont été touché, c'est vraiment pour nous nuire"

Une plainte a été déposé auprès de la gendarmerie et le préjudice matériel avoisine les 2000 euros sans compter la perte de chiffre d'affaires d'une belle journée.
 




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tourisme économie canoë-kayak faits divers