Indre-et-Loire : le Grand débat national s'invite dans la gare de Tours

© France 3 CVDL
© France 3 CVDL

Le Grand débat national s'arrête les 20 et 21 février à la gare de Tours en Indre-et-Loire. Toutes les gares de la région sont concernées. C'est d'ailleurs ce mercredi 20 février que les cahiers de doléances doivent être déposés auprès des préfectures et des sous-préfectures

Par Elsa Cadier

Le Grand débat, lancé le 15 janvier par le président de la République, s'arrête les 20 et 21 février à la gare de Tours 

Après le Grand débat national dans la prison de Tours (Indre-et-Loire) avec la ministre de la justice Nicole Belloubet, voici le Grand débat à la gare de Tours. Pendant deux jours, mercredi 20 et jeudi 21 février, chacun pourra passer aux "stands de proximité" pour donner son avis sur les quatre thématiques proposées : la transition écologique, la fiscalité et les dépenses publiques, la démocratie et la citoyenneté, et l'organisation de l'Etat et des services publics. Les questionnaires sont également disponibles sur la plateforme numérique www.granddebat.fr. 
Ces stands itinérants doivent s'arrêter dans toutes les gares de la région Centre-Val de Loire. 
 

Dernier jour pour les cahiers de doléances

C'est d'ailleurs le dernier jour pour les cahiers de doléances. Les maires les ont transmis aux préfectures et sous-préfectures. Ces cahiers ouverts dans 10.000 mairies de France seront ensuite transmis à la Bibliothèque nationale de France, qui se chargera de référencer, d’indexer, de numériser leurs contenus et de retranscrire ceux dactylographiés. Á terme, l’ensemble des contributions seront disponibles en open data sur internet. 
Le grand débat lancé mi-janvier par le président Emmanuel Macron pour trouver une issue à la crise des "gilets jaunes", doit pour sa part se poursuivre jusqu'à la mi-mars, avant la phase de remontée et d'analyse. Une synthèse sera ensuite rendue publique dans le courant du mois d'avril.
 

 

Les cahiers de doléances : une pratique qui date du XIVe siècle

L'usage des cahiers de doléances remonte dans l'histoire au XIVe siècle. Dans la France de l'Ancien Régime, ces cahiers de doléances sont les registres dans lequel les assemblées chargées d'élire les députés aux États généraux notaient vœux et demandes.  Les représentations et protestations adressées au roi par les états généraux ou provinciaux y étaient consignées. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus