Municipales 2020 : à Tours, l’union des gauches a du plomb dans l’aile pour le second tour

La liste d’Emmanuel Denis "Pour Demain Tours 2020" (Europe Écologie Les Verts, PS, PCF) refuse la proposition de fusion formulée par Claude Bourdin et sa liste "C’est au Tour(s) du Peuple 2020" (extrême gauche).
 

La mairie de Tours.
La mairie de Tours. © Luc Pérot / France Télévisions
Le premier tour des élections municipales, marqué par une abstention record de 67%, met une nouvelle fois au jour toutes les difficultés qu’ont les formations de gauche à s’entendre.

Au soir du premier tour qui a placé Emmanuel Denis en position favorable pour ravir la mairie (35,6% devant Christophe Bouchet, maire sortant qui a obtenu 25,6%), les négociations ont débuté dans les états-majors.

À gauche, Claude Bourdin, tête de la liste d'extrême gauche "C’est au Tour(s) du Peuple 2020" (5,5%), annonçait sur le plateau de France 3 Centre – Val de Loire qu’il souhaitait rencontrer le candidat écologiste pour proposer une fusion en vue du second tour.
37 Tours - 1er tour - Résultats Municipales 2020
Infogram


"Il est visiblement très confiant… C’est peut-être une erreur de sa part"

La rencontre a bien eu lieu le lendemain. "Nous avons proposé une fusion technique de nos deux listes pour battre la droite néolibérale et affairiste", indique Claude Bourdin. "Avec la constitution de deux groupes autonomes dans le prochain conseil municipal qui permettraient d’exprimer la pluralité démocratique et représentative des opinions des tourangeaux".

Et quelques jours plus tard, on apprend par un communiqué signé Claude Bourdin, qu’Emmanuel Denis refuse toute alliance. "Il est visiblement très confiant et estime qu’il n’a pas besoin de nous pour remporter la mairie. C’est peut-être une erreur de sa part", réagit le candidat d'extrême gauche.

"Car si les élections se tiennent dans plusieurs mois, il ne bénéficiera peut-être plus de la même dynamique, analyse Claude Bourdin. Sans compter sur le réservoir de voix que représente l’abstention… Beaucoup de jeunes plutôt favorables à Benoist Pierre, et beaucoup de personnes âgées, plutôt enclines à voter Christophe Bouchet, iront certainement voter au second tour". Ce qui peut s’avérer exact, car la crise sanitaire sera passée.

Claude Bourdin relève des points de convergence dans la politique portée par les deux listes, mais il pointe aussi des désaccords majeurs : sur la construction ou l’abandon du projet d’une nouvelle ligne de tramway ; sur le passage des services publics en régie publique municipale ou métropolitaine ; sur la gratuité de transports…

 

"Je ne vais pas faire rentrer des gens qui veulent garder leur autonomie !"

Interrogé par France 3 Centre - Val de Loire, Emmanuel Denis explique qu’il "ne va pas défaire (sa) liste constituée de gens de talent".

Et de poursuivre : "Claude Bourdin tient des positions qui pour nous ne sont pas tenables. Ce qu’il appelle une 'fusion technique' n’est possible que dans une élection à un tour à la proportionnelle intégrale. Non, je ne vais pas faire rentrer dans ma liste des gens qui veulent garder leur autonomie !".

La date du second tour des élections municipales ayant été reportée à cause du coronavirus (on parle de la mi-juin), les négociations entre listes s’en trouvent notablement rallongées. Emmanuel Denis parle d'ailleurs de la crise sanitaire à la suite de son tweet de remerciements :
 

Constatant que la porte a été fermée par Emmanuel Denis, Claude Bourdin reconnait que, pour le moment, aucune décision n’est prise en ce qui concerne les consignes de vote. Il a simplement remercié sur Twitter ses électeurs :
 
 

Aux électeurs de faire seuls leur choix

Pas plus d’accord ou de consignes de vote pour le moment chez les autres candidats de gauche.

Michaël Cortot, ancien premier secrétaire du PS en Indre-et-Loire, à la tête de la liste "Projet Citoyen pour Tours" (centre gauche indépendante – 2,3% au 1er tour) a déclaré : "personne ne m’a contacté dans ce sens, et ça n’est pas à moi de faire la démarche".

À Tours, ce sera visiblement aux électeurs de gauche de faire leur choix. Seuls. Car à ce rythme, aucun chef de file absent au second tour n’invitera ses troupes à reporter leurs voix pour untel ou untel.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections