Porteur de journaux agressé à Tours : la police recommande de ne pas partager la vidéo de l'agression

Illustration Police / © Rémy Perrin, Le Progrès-Maxppp
Illustration Police / © Rémy Perrin, Le Progrès-Maxppp

Un porteur de journaux de la Nouvelle République s'est fait agressé dans la nuit de samedi à dimanche. Ses agresseurs ont posté la vidéo sur Snapchat. A 14h30 ce 11 novembre, elle avait été vue plus de 2 millions de fois. Les forces de l'ordre demandent de ne pas relayer la vidéo de l'agression. 

Par Marine Rondonnier

Les faits remontent à la nuit de samedi à dimanche. Un livreur de journaux de la Nouvelle République est pris à partie par deux jeunes hommes. Ils l'insultent, lui tapent sur le casque, lui arrachent ses lunettes et les cassent. La victime dit " J'ai mal".

"La victime, choquée, s'est vue prescrire une journée d'ITT (interruption temporaire de travail) et envisage de porter plainte, soutenue par la filiale de la Nouvelle République Presse Portage" expliquent nos confrères de la Nouvelle République. 

2 millions de vue en 24 h 

La scène est filmée par l'un des deux agresseurs présumés. Son complice n'est pas flouté, la victime non plus. 
Depuis sa mise en ligne, la vidéo de 45 secondes a été vue plus de 2 millions de fois sur Snapchat puis sur Twitter. 

La police nationale a réagi, expliquant que les enquêteurs de la plateforme pharos avaient été saisis afin d'identifier les auteurs. Elle demande aux internautes de "ne plus relayer cette vidéo".

La partager, c'est participer au cyber-harcèlement des protagonistes de la vidéo

Sur le site du Ministère de l'Intérieur, on peut lire :  " Lorsque vous relevez des contenus illicites sur internet et même si vous souhaitez attirer l'attention des autorités : ne les partagez pas, ne les likez pas, ne les retweetez pas. La partager, c'est participer au cyber-harcèlement des protagonistes de la vidéo, souvent filmés à leur insu. C'est porter atteinte à la dignité de la victime."
 

 

Pharos, plateforme dédiée à la lutte contre le cyber-harcèlement du ministère de l'Intérieur

 Le ministère de l'Intérieur a mis en place un dispositif permettant le signalement des faits illicites de l'internet.
La plateforme PHAROS, ( Plateforme d'Harmonisation, d'Analyse, de Recoupement et d'Orientation des Signalements) permet de signaler en ligne les contenus et comportements illicites de l'internet.

  • Que peut-on y signaler ? 

Vous pouvez signaler les faits de :

  1. Pédophilie et pédopornographie (Art 227-23 du code pénal modifié par  la Loi n°2013-711 du 5 août 2013)
  2. Expression du racisme, de l'antisémitisme et de la xénophobie (Loi n° 90-615 du 13 juillet 1990)
  3. Incitation à la haine raciale, ethnique et religieuse (Loi du 29 juillet 1881- art 29)
  4. Terrorisme et apologie du terrorisme (Loi n° 2014-1353 du 13 novembre 2014)
  5. Escroquerie et arnaque financières utilisant interne

Qu'ils soient présents sur des sites, blog, forum, tchat, réseaux sociaux, etc.

  • Que ne doit-on pas y signaler ?

Les contenus ou comportements que vous jugez simplement immoraux ou nuisibles n'ont pas à être signalés sur PHAROS. 
Les affaires privées, même si elles utilisent internet (insultes, propos diffamatoires, harcèlement)  relèvent de la compétence du commissariat de police ou de la brigade de gendarmerie de votre lieu d'habitation et non de PHAROS
 

Sur le même sujet

Les + Lus