Précarité étudiante : un frigo solidaire installé devant l'université de Tours, une première en France

Après celui du restaurant le Mastroquet, situé près des halles, un deuxième frigo solidaire est implanté à Tours, sur le boulevard Tonnelé, devant la faculté de médecine. Un réfrigérateur en libre-service où chacun peut déposer ou retirer de la nourriture quand il le souhaite.

Après l'implantation, en 2017, d'un premier frigo solidaire devant le restaurant qu'elle tient avec sa mère à Paris, Dounia Mebtoul a créé l'association "Les Frigos Solidaires" pour développer cette initiative tout à la fois de partage, de lien social et d'anti-gaspillage.

La jeune présidente dénombre aujourd'hui 70 frigos solidaires implantés sur tout le territoire national, elle en espère 100 d'ici à la fin de l'année. Mais le petit dernier, à Tours, lui tient particulièrement à coeur puisqu'il s'agit du premier en France installé au sein d'une faculté :

"Ce premier frigo dans une fac, c'est une grande réussite, se réjouit Dounia Mebtoul, surtout après les deux années que l'on vient de subir, qui ont révélé une grande précarité dans le milieu des étudiants. Malgré tous les contacts pris auprès des CROUS, des associations étudiantes, cela a été long et compliqué à mettre en place. Il a fallu un gros investissement des porteurs de projets."

Ce nouveau Frigo Solidaire est mis en place grâce à l'engagement et la persévérance de l'Assolidaire Tourangelle qui va l'entretenir et vérifier les denrées, avec le soutien de la direction de l'université.

"La porteuse de ce projet, Elise Berdalle, est elle-même étudiante à la fac de médecine de tours, reprend la présidente de l'association. Elle a eu connaissance du premier frigo installé à Tours il y a 3 ans devant le Mastroquet et a adoré cette initiative. Elle s'est battue jusqu'au dernier moment pour arriver à en implanter un dans la fac de médecine."

Comment ça marche ?

Le principe de fonctionnement est on ne peut plus simple : il s'agit d'un réfrigérateur placé en libre service dans lequel chacun peut donner ou se servir librement. Il doit aider les étudiants qui en ont besoin et contribuer à réduire le gaspillage alimentaire du restaurant universitaire, des commerces et habitants du quartier.

Particuliers, associations ou professionnels peuvent y déposer fruits et légumes, épicerie, produits secs, produits préparés (en veillant à la DLC)...Sont proscrits viandes et poissons (trop de risques avec la chaine du foid), alcools, produits déjà entamés.

Chacun est libre de venir se servir. Pour son frigo solidaire parisien, Dounia compte environ 70 bénéficiaires !

"Il n'y a pas que des gens à la rue qui sont en précarité, explique-t-elle. Certains ont un logement ou un boulot, en 2021 la précarité c'est 9,8 millions de personnes, et de tous horizons ! Des retraités, des étudiants, des familles nombreuses, des personnes qui viennent de perdre leur boulot et hésitent encore à déclarer leurs revenus auprès d'associations comme les Restos du coeur."

Il est très difficile d'admettre l'entrée dans la précarité, les Frigos solidaires permettent à des gens qui veulent rebondir de s'alimenter au quotidien. C'est un complément aux grandes associations d'aide alimentaire

Dounia Mebtoul, présidente "Les Frigos Solidaires"

Ce premier Frigo Solidaire placé dans une université est installé au 10, boulevard Tonnelé, à Tours.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société vie associative économie