Tours : arrivée de l’arbre de Noël place Jean-Jaurès, un épicéa de 18 mètres

C’est la tradition à Tours. Pour les fêtes de Noël, ce sont les tourangeaux qui offrent un sapin à la municipalité, pour décorer la place de l’hôtel de ville. Cette année c’est un épicéa de 18 mètres donné par une famille de Saint-Ouen les Vignes qui est arrivé.

Connaissez-vous la différence entre un sapin et un épicéa ? Un tronc plus roux que le sapin et une couleur plus sombre.

Cette année ce n’est pas un sapin que la famille Bourdet, de Saint-Ouen les Vignes a donné à la mairie de Tours pour les fêtes mais un épicéa.

Une opération gagnant-gagnant pour chacun

Un arbre devenu trop encombrant, pour son propriétaire, car il gâchait la vue sur le jardin, va orner la place Jean-Jaurès pour les fêtes et la municipalité prend en charge la coupe et le transport de l’arbre.

Après la déception de l’an dernier, où aucun sapin n’avait été trouvé, cette année, Sophie Rouleau, qui travaille à la direction du patrimoine végétal et de la biodiversité, a croulé sous les candidatures : plus de 80 ! C’est elle qui est chargée de choisir le plus bel arbre de Noël.

"On nous propose toutes sortes d’arbres, pas seulement des sapins mais aussi un séquoia ou même des thuyas" nous dit-elle avec un sourire. Un choix qui n’est pas si facile, car il y a des critères bien précis : une hauteur entre 16 et 18 mètres, bien droit et une belle envergure. Il faut aussi que le sapin soit dans un endroit accessible pour que les élagueurs municipaux puissent le couper et le coucher en liant les branches, pour le transport en convoi exceptionnel.

De nombreux curieux se sont arrêtés pour assister à l’installation de l’épicéa. Parmi les passants, Marie Lefort, la petite-fille de Camille Rousseau, ancien maire de Saint-Ouen les Vignes qui avait planté l’épicéa dans son jardin dans les années 60. Même si la maison a été vendue depuis 20 ans, c’est avec beaucoup d’émotion et les larmes aux yeux qu’elle a regardé l’épicéa tournoyer dans le ciel de Tours avant son installation par les jardiniers municipaux.

"On est contentes qu’il finisse comme ça mais c’est beaucoup d’émotion. Le nouveau propriétaire nous a permis d’aller le revoir sur pied, avant qu’il soit abattu. Avec mes sœurs maintenant, on cherche des photos dans les albums de famille car notre grand-père l’aurait planté en 1961 ou 1964 pour la naissance de l’une d’entre nous".

Pour toutes les tourangelles et les tourangeaux il faudra patienter jusqu’au 26 novembre pour découvrir les illuminations de l’épicéa de Noël sur la place Jean-Jaurès et tous les autres sapins sur les différentes places de Tours.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
noël événements sorties et loisirs