Tours : avec Laurent Campellone, le Grand Théâtre a enfin trouvé son nouveau directeur

Après des années dans la tourmente, la direction de l'établissement culturel a été confiée à un chef d'orchestre de renom. 

Laurent Campellone, nouveau directeur du Grand Théâtre de Tours.
Laurent Campellone, nouveau directeur du Grand Théâtre de Tours. © Laurent Campellone
Coeurs brisés, instruments vides et ambiance électrique, c'est dire si le Grand Théâtre de Tours s'impatientait. Dans la tourmente depuis le départ d'un ancien dirigeant sur fond de harcèlement moral, il y a trois ans, l'institution culturelle espère enfin relever la tête avec la nomination de Laurent Campellone.

"Il y a à la fois des défis propres à la maison, dont rassurer le personnel, et d’autres défis d’ordres mondiaux dus à la crise sanitaire" a déclaré le nouveau dirigeant auprès de Info Tours. Chef d'orchestre primé, l'homme de 48 ans a dirigé "près de 250 oeuvres symphoniques et quelques 50 partitions lyriques différentes" dans le monde entier.  Expérimenté à la baguette, Laurent Campellone a aussi connu les aléas humains et politiques qui peuvent fragiliser une carrière. En 2016, il saisissait la Justice contre son licenciement brutal de l'Orchestre Symphonique Saint-Etienne Loire, décidé par le nouveau maire UMP en 2016. Il lui était reproché d'accepter des invitations professionnelles à l'étranger, mais également "un soi-disant problème de management avec les musiciens de l'orchestre, qui n'a jusqu'alors jamais été pointé" s'indignait le musicien.  Laurent Campellone avait fini par remporter cette bataille, puisque son licenciement avait été annulé, les juges relevant même l'attitude "vexatoire" du maire de droite à son égard. 

Ce passage difficile pourra-t-il inspirer à Laurent Campellone une gestion plus souple et plus humaine ? Les musiciens comme les officiels de la ville, lassés de la polémique, sont en droit de l'espérer 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
musique culture société