• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Vaccination : recrudescence de la rougeole de Indre-et-Loire

© Pixabay
© Pixabay

C’est la Semaine Européenne de la Vaccination. Pour cette 14ème édition, l'objectif est d'informer la population en général, les jeunes parents en particulier afin de les sensibiliser à l'importance de la vaccination. Elle se déroule du 24 au 30 avril.

Par Isabelle Racine

"La meilleure protection, c’est la vaccination"

La semaine européenne de la vaccination rappelle que la vaccination est la prévention la plus efficace contre de nombreuses maladies infectieuses. Le ministère des Solidarités et de la Santé et Santé publique France en ont fait le slogan de la campagne "La meilleure protection, c’est la vaccination".

En Centre-Val de Loire, cette semaine est l’occasion de tirer un bilan pour les enfants qui ont eu 7 mois depuis le 1er janvier 2018. On observe une progression importante de la couverture vaccinale pour 11 vaccinations obligatoires. La couverture vaccinale des nouveau-nés progresse et avec elle, la prise de conscience des parents sur les bénéfices des vaccins.

Des effets positifs des obligations vaccinales sur la protection de la population

La nécessité de faire reculer les maladies infectieuses a conduit les pouvoirs publics à étendre l’obligation vaccinale chez les enfants de moins de 2 ans. Pour les nourrissons nés à partir du 1er janvier 2018, les vaccinations contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche, l’haemophilus influenzae b, l’hépatite B, le méningocoque C, le pneumocoque, la rougeole, les oreillons et la rubéole sont obligatoires avant l’âge de 2 ans. 
 
Couverture vaccinale diphtérie, tétanos, poliomyélite et coqueluche / © ARS
Couverture vaccinale diphtérie, tétanos, poliomyélite et coqueluche / © ARS

Santé publique France a comparé les couvertures vaccinales à 7 mois des nourrissons nés entre janvier et mai 2018, avec celles des nourrissons nés entre janvier et mai 2017, pour les vaccinations contre la coqueluche, l’haemophilus influenzae de type b, l’hépatite B, le pneumocoque et le méningocoque C. La couverture vaccinale contre ces maladies infectieuses a connu une nette amélioration dans la région avec : progression de 36,7 points de couverture vaccinale de la 1ère dose du vaccin contre le méningocoque C.

Elle est passée de 41 % en 2017 à 77.8 % en 2018. Cette amélioration de la couverture vaccinale, observée dans toutes les régions, a très vraisemblablement contribué à la diminution (chez les nourrissons âgés de moins de un an) de l’incidence nationale des infections invasives dues à ce germe.

On note une progression de 3,5 points pour le vaccin hexavalent (diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, hépatite B et infections à Haemophilus influenzae de type b).
Le pourcentage d’utilisation est passé de 95,6 % en 2017 à 99,1 % en 2018.
+ 1,2 point de couverture vaccinale de la 1ère dose du vaccin contre le pneumocoque. Elle est passée de 98.5 % en 2017 à 99,7 % en 2018.
Les couvertures vaccinales s’améliorent également chez les enfants nés avant l’entrée en application de la loi. Celle de la première dose du vaccin HPV chez les jeunes filles de 15 ans nées en 2003 est de 32,6 %, alors qu’elle était de 29,2 % chez les jeunes filles nées l’année précédente (+ 3.4 points).
 

67 % des parents favorables à la vaccination

L’obligation vaccinale est majoritairement bien acceptée par les parents d’enfants nés en 2017 et en 2018, puisque deux tiers d’entre eux (67 %) déclarent y être favorables.
 

Epidémie de rougeole en 2019, notamment en Indre-et-Loire

Cette année, la rougeole a fait des ravages au niveau mondial. En France, on a recensé 710 cas et 35 en Centre-Val de Loire. Le département le plus touché est celui d’Indre-et-Loire avec 27 cas. La rougeole est une maladie très contagieuse et grave : 31 % des malades ont été hospitalisés, et certains avec des complications importantes comme la pneumopathie, par exemple.
Pour éviter la propagation de la rougeole, il faudrait que 96 % de la population soit vaccinée. Dans notre pays, la population est vaccinée à 80 %. En Indre-et-Loire, ce chiffre atteint seulement 76 %. Pour les pouvoirs publics, ce n’est pas suffisant. L’Agence Régionale de Santé (ARS) établit un lien direct entre l’absence de vaccination contre la rougeole et l’épidémie elle-même. Car la rougeole est due à un virus humain (elle ne se transmet que d’homme à homme), ce qui implique que si le virus circule cela veut dire que les gens ne sont pas protégés et donc pas vaccinés.
 
Couverture vaccinale Rougeole Oreillon Rubéole en France et en Centre-Val de Loire / © ARS
Couverture vaccinale Rougeole Oreillon Rubéole en France et en Centre-Val de Loire / © ARS
 

Une semaine pour s’informer et se faire vacciner

À l’occasion de la Semaine Européenne de la Vaccination, l’ARS donne rendez-vous à la population sur le Village Info Vaccination. Ces événements ont pour but d’informer le grand public sur les vaccinations à travers des animations, des ateliers ludiques et des stands informatifs :

- le mercredi 24 avril 2019 de 11 h à 17 h 30 au Centre Commercial « Cap Saran » en partenariat avec le Centre de Vaccination du Loiret et la caisse primaire d’assurance maladie : lecture des carnets de vaccination, animations et séances de vaccination.
- le vendredi 26 avril 2019 de 10h à 18h, place de la République à Châteauroux : lecture des carnets de vaccination, animations et séances de vaccination.
- le mercredi 24 avril 2019, 13h-19h au Centre Commercial "L’heure tranquille". Evènement organisé par la Caisse primaire d’Assurance maladie d’Indre-et-Loire en partenariat avec le centre de vaccination d’Indre-et-Loire et les acteurs locaux : informations, animations et séances de vaccination ainsi que sur le marché aux fleurs sur le boulevard Béranger à Tours le mercredi 24 avril 2019 de 13 h à 19 h.
 

Sur le même sujet

Un parcours sécurisé pour les jeunes migrants

Les + Lus