Châteauroux, capitale des transports gratuits en 2019

Châteauroux, qui a instauré la gratuité des transports publics dès 2001, accueillera en 2019 les Rencontres sur ce thème. La ville fait office de précurseur en région Centre Val-de-Loire mais aussi à l'échelle de la France où cette politique séduit de plus en plus de collectivités.

Châteauroux a instauré dès 2001 la gratuité des transports.
Châteauroux a instauré dès 2001 la gratuité des transports. © CHATEAUROUX METROPOLE
Dunkerque en 2018, Châteauroux en 2019. Leur point commun : avoir fait des transports un service public gratuit. La ville du Nord, capitale du transport public gratuit cette année, a accueilli les premières Rencontres sur ce thème en début de semaine. La préfecture de l’Indre lui succèdera en septembre 2019. L’Agglomération Châteauroux Métropole, en la matière, a été précurseur. Les 14 communes qui la composent – 78 000 habitants – ont mis fin aux tickets de bus et aux contrôles dès 2001. En décembre 2017, la ville a atteint un record en totalisant cinq millions de voyages au cours de l’année.

C’est à Jean-François Mayet, maire UMP de Châteauroux entre 2001 et 2014, que l’agglo doit cette politique révolutionnaire. "Avec 14% de recettes de billetterie, il a estimé que le rapport entre l’impôt et le service rendu était mauvais", a expliqué Gilles Avérous, élu Les Républicains (LR) lui a succédé à la mairie. L’objectif premier était d’accroître la fréquentation du réseau de transports. Pari gagné : en 16 ans, elle a été multipliée par 3,5. Une gageure pour cette ville très rurale et dont la population décline. Les effets sont, à en croire l’édile, "incroyables", notamment sur la redynamisation du centre-ville. Et de citer l’exemple d’une maroquinerie haut de gamme qui a saisi l’occasion pour s’installer en centre-ville, facilitant ainsi l’accès des ateliers à une main d’œuvre souvent dépourvue de permis de conduire.


La gratuité séduit de plus en plus de villes


En France, le nombre de collectivités qui se sont converties à la gratuité ne cesse d’augmenter depuis le début des années 2000. Châteauroux, Dunkerque, mais aussi Gap, Niort, Figeac, Castres… Elles sont désormais entre 20 et 30 à proposer des réseaux gratuits (le chiffre diverge en fonction des critères retenus), bien que les grands groupes du transport collectif freinent des quatre fers.

Maxime Huré, maître de conférence à l'université de Perpignan, fustige des oppositions purement "idéologiques". "C'est un changement de cap, de modèle dans l'appréhension de la mobilité", estime-t-il. "C'est une politique publique globale qui répond à différents objectifs très importants d'un point de vue économique, social, et environnemental".

"C'est une politique peut-être exceptionnelle, mais qui existe bel et bien (...).Il y a une volonté d'en faire un modèle", analyse Wojciech Keblowski, chercheur à l'Université Libre de Bruxelles, spécialiste des mobilités. Elle fait en tout cas des émules : Paris et Grenoble, notamment, planchent sur le sujet. Et les chiffres avancés par le chercheur sont éloquents : en 2017, les transports en commun étaient totalement gratuits pour tous, tout le temps dans 98 villes dans le monde – 27 aux États-Unis, 11 en Amérique du Sud, une en Australie, trois en Asie, 56 en Europe. Contre une seule en 1970.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports en commun économie transports
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter