La rentrée des classes dédoublées en milieu rural : une première dans une école d'Issoudun dans l'Indre

Depuis la rentrée des classes, l'école Saint-Exupéry, à Issoudun, bénéficie du dispositif propre aux réseaux d'éducation prioritaire (REP). Avec des classes dédoublées : deux classes de CP et CE1.

Plusieurs élèves assis à leur table dans leur classe.
Plusieurs élèves assis à leur table dans leur classe. © F3 centre VDL

Pour cette première inédite, la rectrice de l'Académie Orléans-Tours, Katia Béguin, a fait le déplacement. Histoire de se rendre compte de visu, des changements opérés.
 

Des classes de 12 élèves, 14 au maximum

La différence est notable pour l'école Saint-Exupéry. Premier changement qui saute au yeux : l'école est passée de trois classes de CP-CE1 à cinq classes grâce aux deux ouvertures de classes opérées. Résultat : des classes avec des effectifs réduits. 14 élèves au maximum au lieu du double précédemment. Ces effectifs qui ont été réduits se traduisent par un suivi plus individualisé des élèves et donc une meilleure prise en charge de leurs difficultés.
Rectrice de l’Académie de Orléans-Tours discutant avec une jeune élève à sa table.
Rectrice de l’Académie de Orléans-Tours discutant avec une jeune élève à sa table. © F3 Centre VDL
La directrice de l'établissement, Cécile Thomas, n'y voit que des avantages. Entre autres, le développement de nouvelles méthodes pédagogiques pour l'acquisition des savoirs fondamentaux.. Lire, écrire, compter. Sans oublier le respect de soi et des autres.

Elle n'est pas la seule à ne plus jurer que par les classes dédoublées. Carine Moulin enseignante depuis 20 ans dirige une classe de CP. Grâce aux classes dédoublées, elle a pu revoir de fond en comble la configuration de sa classe et ses méthodes pédagogiques. 
Directrice de l'établissement en train de faire des calculs avec un élève.
Directrice de l'établissement en train de faire des calculs avec un élève. © F3 Centre VDL
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société ruralité