Fermeture de la Maternité du Blanc : “nous sommes méprisés et victimes d'une agression”, estiment les militants

Suite à la fermeture définitive de l'établissement votée hier, les membres du collectif Cpasdemainlaveille et le président de la communauté des usagers de l'hôpital du Blanc, Jean-Michel Mols, se sont rendus sur le site hospitalier pour protester, ce samedi 20 octobre 2018.

Par France 3 Centre-Val de Loire

Une cinquantaine de membres du collectif de citoyens opposés à la fermeture désormais définitive de la maternité du Blanc (Indre), Cpasdemainlaveille, ont passé la nuit de vendredi à samedi a occuper l'établissement. Ce samedi 20 octobre en fin d'après-midi, les militants étaient toujours sur place.
 

"Cadenas de la salle d'accouchement cassé ! Tous à la maternité du Blanc !", "les citoyens reprennent possession de la maternité du blanc", "On attend Agnès Buzyn"... Tout au long de la soirée d'hier et de la journée d'aujourd'hui Cpasdemainlaveille a partagé sa grogne et ses actions à coups de publications sur ses réseaux sociaux. 

Le président de la communauté des usagers de l'hôpital du Blanc, Jean-Michel Mols, tout autant offusqué par cette décision, était également présent. Il s'est exprimé en direct de notre JT du 12/13 :

"On attend Agnès Buzyn !"

A 16 heures, Cpasdemainlaveille était toujours dans les couloirs de l'hôpital et a déclaré attendre la ministre de la santé, Agnès Buzyn. "On ne bougera pas tant qu'on n'aura pas obtenu de rendez-vous avec la ministre de la Santé et la mise en place d'une nouvelle commission d'expertise indépendante cette fois".

Parallèlement, en début d'après-midi, une réunion publique d'urgence s'est tenue à la salle des fêtes du Blanc en présence de la maire de la commune, Annick Gombert. Plus tôt dans la journée, au micro de France Bleu Berry, l'édile avait déclaré : "on va continuer à se battre".


Fermeture définitive de la maternité votée

La décision de cette fermeture définitive de la maternité du Blanc a été prise vendredi 19 octobre 2018 lors d'un ultime vote du conseil de surveillance du centre hospitalier Châteauroux-Le Blanc.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus