Indre : des primes pour supprimer des étangs

Depuis février dernier l’Etablissement Public Territorial de Bassin de la Vienne propose aux propriétaires d’étangs volontaires, une prime de 1000 à 2000 euros pour supprimer leur plan d’eau. Huit départements sont concernés, dont l’Indre.

Étang de Sologne
Étang de Sologne © Corinne Bian-Rosa

L’Etablissement Public Territorial de Bassin a fait le constat. Depuis les années soixante, le nombre d’étangs est passé de 3300 à 24 500 sur le bassin de la Vienne. Cette situation fait la singularité de ce territoire, qui compte une densité de plans d’eau deux fois supérieure à la moyenne nationale.

Les étangs victimes de la sur-évaporation

Les étangs participent au paysage et à son originalité, mais génèrent aussi des impacts sur les milieux aquatiques et la ressource en eau. Concernant par exemple le phénomène d’évaporation engendré, c’est même impressionnant. "Sur les périodes allant d’avril à octobre, cette sur-évaporation liée à tous les plans d’eau est supérieure à toutes les consommations d’eau, tous usages, du territoire" explique Stéphane Loriot, Directeur de l’EPTB Vienne.

L’EPTB est là pour aider et conseiller. Nous accompagnons les collectivités dans la mise en œuvre d’une démarche d’économie, par exemple.

Stéphane Loriot

Sachant que certains départements souffrent cruellement du manque d’eau l’été, en raison du changement climatique  de ces dernières années  qui s’accélère, il va falloir organiser une meilleure utilisation de la ressource. "On est sur un territoire, le bassin de la Vienne, où on a connu des situations où des communes n’étaient plus du tout approvisionnées en eau et devaient se faire livrer par des camions citernes", raconte Stéphane Loriot.

Pour certains propriétaires, les étangs sont devenus une charge

Lancée en février dernier, la prime de 1000 à 2000 euros semble susciter de la curiosité, voire de l’intérêt. Des propriétaires ont déjà pris contact avec l’organisme pour se renseigner, et une dizaine de dossiers sont en cours d’élaboration. Mais qu’est-ce qui peut pousser un propriétaire à combler son plan d’eau ?

Des primes pour supprimer des étangs publié par france3centre

"Il y a ceux qui reculent devant le coût des mises aux normes ou des travaux, ceux aussi comme ce propriétaire de 70 ans, lui-même héritier d’un étang, trop fatigué pour continuer à s’en occuper, d’autant que son fils ne s’y est jamais intéressé, et qu’il ne veut pas à son tour, lui laisser ce fardeau sur les bras", explique -t-il.

L’EPTB s’engage, en cas d’éligibilité à accompagner le dossier, à aider, s’il est conforme, le propriétaire à obtenir d’autres subventions dans d’autres structures. "Selon les cas, on peut tout de même espérer obtenir 80% du financement en subventions. Cela devient très significatif. Sinon pour les plus petites surfaces, sachant qu’il faut compter 700 euros par jour de location de pelleteuse, c’est en moyenne un tiers du coût ainsi pris en charge" précise-t-il.

Rappelons que ce dispositif ne concerne que les propriétaires volontaires, et que la surface des étangs doit suivre les critères fixés par l’ETPB.

Comment bénéficier de la prime ?

Les propriétaires de plans d’eau de plus de 500 m2, justifiant d’acte de propriété, peuvent y prétendre, qu’ils soient des particuliers ou des associations sans lien avec une exploitation économique du plan d’eau.

Les travaux bénéficiant du dispositif concernent la destruction de la digue et des ouvrages associés, permettant notamment au cours d’eau qui l’alimente de retrouver un écoulement naturel.

Le montant de la prime dépend de la surface du plan d’eau :

Une convention cadrant l’opération est établie entre l’ETPB Vienne et le propriétaire. A l’issue de l’exécution des travaux et de leur vérification, le versement de la prime s’effectue dans les 30 jours.

Si vous êtes intéressé :

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement nature