• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Issoudun : la malterie se tourne vers l'énergie solaire

La malterie d'Issoudun, dans l'Indre. / © France 3 CVDL / P. EPEE
La malterie d'Issoudun, dans l'Indre. / © France 3 CVDL / P. EPEE

Le groupe Boortmalt se lance dans l'installation d'une centrale solaire pour la production de chaleur sur son site de l'Indre. L'installation de 15.000m2 de capteurs doit permettre à l'entreprise d'augmenter la part d'énergies renouvelables dans sa consommation.

Par France 3 Centre-Val de Loire

Le site de la malterie, devenue familière à Issoudun, devrait bientôt se couvrir de panneaux solaires. Près d’un tiers de l’emprise foncière du groupe, soit 15.000 m2, est destiné à accueillir des capteurs d'ici un an. L’entreprise a révélé ce mercredi son projet de centrale thermique solaire, dont l'objectif est de lui permettre de continuer à développer son recours aux énergies renouvelables.
 

« On a déjà commencé à Issoudun en 2012 avec l’installation d’une centrale biomasse [qui fonctionne avec déchets organiques, NDLR], rappelle Yvan Schaepman, directeur général de Boortmalt. Ça nous a permis d’avoir, sur le site d’Issoudun, 35% d’énergies renouvelables. C’est un premier pas. Aujourd’hui, on continue dans cette démarche. Avec cette centrale thermique solaire, on va pouvoir passer à 50% d’énergies renouvelables sur le site. »
 

"Démontrer que ça fonctionne"



Pour obtenir un soutien financier à l’installation, le groupe a remporté un appel à projets de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME). « On croit beaucoup au solaire thermique dans l’industrie, assure Arnaud Leroy, président-directeur général de la structure.  C’est aussi l’occasion de démontrer que ça fonctionne, que c’est rentable, économie, responsable d’un point de vue environnemental. »
 

 

Le chantier devrait se terminer d’ici la fin de l’année 2019. Le groupe, qui gère dix malteries en Europe, compte ensuite encore abaisser l’empreinte écologique de son site issoldunois. Après la biomasse et la thermie solaire, c’est à la géothermie qu’une nouvelle installation pourrait avoir recours.
 

Sur le même sujet

Christophe Hay nous présente sa recette de "caviar de Sologne, radis du jardin et mousse de fanes".

Les + Lus