Non, un astéroïde ne va pas s'écraser dans l'Indre

"L'Indre dans le viseur de la Nasa ?" titrait aujourd'hui un quotidien régional. Pas vraiment. 

L'astéroïde s'appelle Bennu. De son nom scientifique : 1999 RQ 36. 3,4 milliards de tonnes pour 490 kilomètres de long : un beau bébé en somme, qui gravite autour du soleil depuis des millions d'années. 

Astéroïde devenu star


Il a fait les gros titres de plusieurs médias il y a quelques jours. Pourquoi ? Parce que le site anglais Gizmodo prête à un responsable de la NASA, Michael Moreau, la volonté de peindre une partie de sa surface, ce qui aurait pour effet de modifier la trajectoire dudit astéroïde. Pourquoi ? Parce que ce mastodonte cosmique risque de croiser la Terre.


C'est toujours insolite, toujours passionnant, et c'est peut-être ce qui a poussé un journal régional à en faire ce titre : "L'Indre dans le viseur de la NASA ?" Certes, un astéroïde qui s'écrase chez nous, c'est - journalistiquement parlant - une histoire tentante... Mais très peu probable. 

Une chance sur...  2700


D'abord, parce qu'en réalité, selon la NASA, Brennu, notre encombrant voisin de système, a seulement une chance sur 2700 de nous frapper. Il est en fait susceptible de croiser la trajectoire de la Terre le 21 septembre 2135.

De plus, il n'est pas rare du tout qu'un astéroïde d'une taille assez conséquente pour nous inquiéter croise la Terre. Ça a par exemple été le cas de 2014-JO25, d'un diamètre d'1.3 kilomètres, qui nous a frôlé en avril 2017. Frôlé s'entend bien sûr en distance spatiale : il est passé à 1.8 millions de kilomètres de nous, cinq fois la distance Terre-Lune. 


Si la NASA prend la menace Bennu au sérieux, c'est parce que c'est là sa mission. La sonde Osiris-Rex a été lancée en 2016, avec la mission de récolter des données sur le gros caillou céleste, et doit ramener ses premiers échantillons en 2023. Vous voyez, on a un peu de temps devant nous. 

Système solaire - Indre : trop précis pour être vrai


Autre élément : un crash dans l'Indre ne peut évidemment être prévu à ce stade. Parce que, même si la NASA étudie et connaît de mieux en mieux la trajectoire de Brennu, il reste des éléments qui, parfois jusqu'au dernier moment, ne sont pas prévisibles. 

Un exemple ? La Chine a perdu en 2016 le contrôle de la station spatiale Tiangong-1. Elle est censée s'écraser sur Terre ce week-end. Et on ignore toujours où. 

L'astronome Florent Deleflie, invité sur France Inter dans l'émission "La Une de la Science", a expliqué : "c'est un peu le paradoxe : on connaît très précisément la forme de la trajectoire, mais l'endroit où cette trajectoire va s'arrêter, on ne le connaît pas. (...) Il faut être capable de prévoir l'intensité du freinage atmosphérique à tous les instants qui nous séparent du moment de la chute finale, et c'est quelque chose qui est très compliqué à faire avec précision." 


Indriens, Indriennes, rassurez-vous : vous n'êtes pas, plus que les autres Terriens, la cible privilégiée de Brennu. 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité