La rénovation des centrales nucléaires dans le collimateur de la Cour des comptes

Publié le Mis à jour le
Écrit par Ch.L/G.Teissier

Dans son rapport annuel rendu public ce mercredi, la Cour des comptes s’inquiète des besoins liés au programme d’investissement d’EDF ainsi que des incertitudes liées à la loi sur la transition énergétique. Des points concernants pour l'économie des 4 centrales de notre région. 

Sur la maintenance des centrales nucléaires, le rapport de la Cour des Comptes dresse deux grands constats. 

Un constat positif tout d'abord avec la reprise de l'investissement. Après le déclin des années 2000, 100 milliards d'euros seront injecter d'ici 2030 pour prolonger la durée de vie des centrales. Mais aussi pour rehausser leur niveau de sécurité, notamment après l'accident de Fukushima de 2011. C'est le programme dit du "Grand carénage" qui prévoit l'embauche de 110 000 salariés. 

La gestion de l'emploi au coeur des critiques de la Cour des comptes

Le rapport pointe les difficultés de recrutement et de formation d'autant de salariés en moins de cinq ans. 

Autre inquiétude, l'avenir de l'emploi dans la filière nucléaire à moyen et long terme, alors que la loi sur la croissance verte prévoit de fermer un tiers des réacteurs. Le rapport suggère une étude sérieuse en la matière. 

En région Centre-Val de Loire, les quatres centrales de Chinon, Saint Laurent-des-Eaux, Dampierre-en-Burly et Belleville-sur-Loire comptent plus de 10 000 salariés.