A Chaumont-sur-Tharonne, Center Parcs se prépare à la réouverture

Le Center parcs de Sologne se prépare à la réouverture. 30% de réservation sont enregistrées pour le 10 mai. Le centre en espère plus du double pour le week end de l'Ascension.

Le Center Parcs de Chaumont-sur-Tharonne vu de l'extérieur.
Le Center Parcs de Chaumont-sur-Tharonne vu de l'extérieur. © PHOTOPQR/LA NOUVELLE REPUBLIQUE

La responsable des ventes de Center Parcs, Nathalie Bellier, répond à notre appel d’une voix empressée. "Nous ouvrons dans cinq jours. Vous pouvez vous imaginez le travail qu’il nous reste à faire". Après quatre mois de fermeture, les employés** ont repris le chemin du domaine des Hauts de Bruyères à Chaumont-sur-Tharonne. Ils vérifient les systèmes de chauffage, nettoient les installations, s’occupent des animaux domestiques de la ferme située en plein air et donc autorisée à la visite.

Nous prenons soin également des plantes tropicales du dôme bien que ses attractions aquatiques soient fermées au public.

explique N.Bellier.

Privé de ses activités traditionnelles de baignade, le domaine affiche néanmoins un taux de remplissage de 30% pour la réouverture le 10 mai. La clientèle est essentiellement française, séduite par l’offre de séjour "au vert" et par ses cottages situés au cœur d’un parc de 120 hectares de forêt en Sologne; des bengalows tout confort qui font le succès de Center Parcs depuis sa création par le groupe Pierre&Vacances en 1993.

"Les gens ont besoin d’air. On s’attend à 70 % de taux de remplissage voire plus pour les week-ends de l’Ascension et la Pentecôte" avance N. Bellier. L'afflux de touristes devrait ravir les quelque 230 propriétaires de cottages du site. Privés de paiement de loyer depuis des mois et donc de leur retour sur investissement, les bailleurs individuels se sont constitué en association pour réclamer leur dû. Après plusieurs mois de conciliation, ils viennent de proposer d’intégrer le groupe d’actionnaires de Pierre&Vacances.

"Perdues pour perdues, nous proposons que ces créances soient abandonnées sous forme de prise de participation en actions, en apport au capital social du groupe" expliquent-ils dans les colonnes de la Nouvelle République le 5 mai.  

Une copie de cette proposition a été envoyée au Ministre de l’Economie Bruno Lemaire et au Président de la République.  

** Avec 550 personnes travaillant sur site à la haute saison, le Center parcs des Hauts de Bruyères est le 3e employeur du Loir-et-Cher. 90% des employés ont pu bénéficier du chômage partiel durant les période d'inactivité

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tourisme loisirs économie