Depuis Blois, Olivier Faure répond au "frondeur" François Hollande

Absent de l'université du PS, l'ancien président de la République a, depuis Saint-Malo, appelé à une reconstruction du parti socialiste, qui "ne peut pas rester dans l'état où il est".

Olivier Faure a regretté l'attitude de "frondeur" de François Hollande, absent de l'université d'été du PS à Blois
Olivier Faure a regretté l'attitude de "frondeur" de François Hollande, absent de l'université d'été du PS à Blois © F3
L'université d'été 2020, organisée à Blois, devait symboliser la "renaissance" d'un Parti socialiste réuni et purifié de ses guerres de chefs. Mais l'absence d'un certain nombre de personnalités de gauche, comme la plupart des membres du gouvernement Hollande ou les hamonistes, a été remarquée.

Depuis Saint-Malo, où il participait à un événement caritatif, François Hollande a appelé le PS à jouer de nouveau le rôle de "grande force centrale", ajoutant que "le Parti socialiste ne peut pas rester dans l'état où il est" face au glissement à droite de LREM. Dans le même temps, l'ancien président a déploré un "accord d'appareils" choisi avec les écologistes au détriment d'une reconstruction du PS.
 

"Il cherche à polluer cet événement"

Interrogé par France 3 alors que s'achève son "Rendez-vous de la gauche d'après", le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, a reçu cette déclaration "avec beaucoup de tristesse". "Pendant cinq ans j'ai entendu François Hollande se plaindre des frondeurs", regrette le socialiste. "Il sait très bien que nous nous réunissons en ce moment, et il cherche à polluer cet événement par sa prise de position."

Sur le fond aussi, Olivier Faure veut avancer une réponse claire au souhait de reconstruire le PS en "grande force centrale", émis par François Hollande mais aussi Stéphane le Foll, plutôt que de privilégier une union de la gauche qui laisserait ouverte la possibilité d'un candidat commun écologiste en 2022. "Le rassemblement est la condition de la victoire", explique-t-il, s'appuyant sur son rôle d'artisan de la reconstruction du PS entre les 6% de Benoît Hamon en 2017 et les victoires des municipales en 2020. 
 

Quand je vois toutes celles et ceux qui se déclarent désormais pour les uns ou pour les autres en expliquant que ce sera 'eux ou le chaos', eh bien ce sera le chaos ! Parce que s'il y a tout le monde à la fois sur la ligne de départ, on sait déjà qu'on se retrouvera avec un choix entre Marine Le Pen ou Emmanuel Macron.

Olivier Faure, premier secrétaire du PS

"Dans l'état de colère où se trouve ce pays", poursuit le premier secrétaire socialiste.  "Si on n'est pas capables de donner de l'espérance à gauche, nous socialistes et écologistes, est-ce que demain cette colère portera Marine Le Pen au pouvoir ? Je me bats de toutes mes forces contre ça, et contre celles et ceux qui font primer leur intérêt personnel sur l'intérêt collectif."
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
parti socialiste politique