Blois : le théâtre comique privé Monsabré pourrait fermer définitivement le 31 décembre 2020

La fondation Victor Dillard du Diocèse de Blois, propriétaire du théâtre Monsabré à Blois, résilie le bail au 31 décembre 2020. Le président de l'association Théâtre Monsabré, Jean-Jacques Adam a dix jours pour quitter les lieux. Il va saisir la justice. Le bras de fer est lancé. 

Le théâtre privé comique Monsabré dans le quartier Vienne à Blois.
Le théâtre privé comique Monsabré dans le quartier Vienne à Blois. © Marine Rondonnier-France TV

C'est un lieu culturel très particulier à Blois... Le théâtre Monsabré est une petite salle située dans la cour d'une école privée d'enseignement catholique dans le quartier Vienne, dans la préfecture du Loir-et-Cher.

Le théâtre Monsabré est situé dans la cour de l'école d'enseignement catholique Monsabré à Blois.
Le théâtre Monsabré est situé dans la cour de l'école d'enseignement catholique Monsabré à Blois. © Marine Rondonnier-FranceTV

 

Je ne comprends pas la décision du Diocèse. J'ai investi beaucoup d'argent dans ce théâtre. Près de 50 000 euros en sept ans. Il marchait très bien avant l'épidémie et le confinement. Et il va repartir. J'en suis certain.

Jean-Jacques Adam, directeur du théâtre Monsabré à Blois

Depuis sept ans, Jean-Jacques Adam, président de l'association Théâtre Monsabré y organise deux à trois spectacles par semaine. Enfin, avant le confinement...

Le théâtre peut accueillir 240 personnes en même temps et propose des one man shows, des pièces de boulevard et des concerts. Il accueille environ 8000 personnes par an. 

Je veux continuer à donner du plaisir aux gens. Je n'ai rien fait de mal. Je ne vois pas l'intérêt de la fermeture de cette salle unique à Blois. Ils veulent la fermer pour ne rien y faire.

Jean-Jacques Adam, directeur du Théâtre Monsabré

La salle du théâtre Monsabré à Blois peut accueillir 240 personnes.
La salle du théâtre Monsabré à Blois peut accueillir 240 personnes. © Marine Rondonnier-France TV

 

Le Diocèse souhaite récupérer le Théâtre Monsabré pour y développer une activité théâtre pour les élèves

La fondation Victor Dillard du Diocèse de Blois avait prévenu le président de l'association du théâtre Monsabré le 26 juin 2020 par lettre recommandée :

"la résiliation du bail prendra effet le 31 décembre 2020. "

La Fondation Victor Dillard justifie la résiliation du bail par la nécessité de récupérer le théâtre pour "assurer la continuité de ses activités en toute sécurité sanitaire". 

Dans sa lettre, la Fondation Victor Dillard précise : 

"Compte tenu de la crise sanitaire nationale et de la difficulté de mise en oeuvre des différentes activités habituelles dans le respect des nouvelles règles sanitaires, la Fondation doit pouvoir bénéficier de plus de salles."

Et elle ajoute : "La Fondation a pour projet, depuis plusieurs mois, de mettre en place et de développer une activité théâtre pour laquelle elle ne dispose pas de locaux à ce jour. [...] Le chef d'établissement de Notre Dame des Anges de Vineuil a monté un projet culture-théâtre dans son établissement. Etant issu de la même communaué d'établissements que l'école Monsabré, le Théâtre serait un lieu idéalement placé et conforme pour mettre en place son activité en lien avec les obligations sanitaires et le dispositif Sport-Santé-Culture-Civisme (2S2C)". 

Sollicitée par notre rédaction, la Fondation nous a répondu par ce mail : "Le Théâtre Monsabré fait l'objet d'une résiliation de bail à l'initiative de la Fondation Dillard, bailleur, dans les formes et délais requis par la loi et le contrat de bail qui la lie à l'association Théâtre Monsabré". La Fondation a refusé de s'exprimer davantage à ce sujet. 

Jean-Jacques Adam, directeur du théâtre Monsabré, va saisir la justice

Dès la réception de la lettre de la Fondation Dillard, Jean-Jacques Adam a pris un avocat, maître Denys Robiliard, à Blois. "Je ne vais pas me laisser faire. Je leur ai proposé de leur laisser le théâtre en semaine pour les cours mais ils ne veulent pas. Si le problème c'est moi, je peux laisser ma place à d'autres membres de l'association". 

Côté procédure, l'avocat de Jean-Jacques Adam compte dénoncer deux faits : 

D'une part "comme c'est une association qui utilise le bail pour produire des spectacles, il s'agit d'un bail professionnel : il est donc renouvelé jusqu'au 28 février 2023. Il s'agit d'un bail 3, 6, 9."

D'autre part , "si le bail n'est pas jugé comme professionnel, alors le bailleur peut reprendre les locaux en cas de besoin et résilier chaque année. Or la Fondation justifie la nécessité de reprendre les locaux pour l'utiliser à des fins scolaires. Il s'agit d'un théâtre et non d'un amphithéâtre. Il n'a pas vocation à accueillir des classes. Pour nous, la motivation de la résiliation n'est pas justifiée."

Maître Denys Robiliard va au nom de son client, assigner la Fondation Victor Dillard qui dépend du Diocèse de Blois devant le tribunal judiciaire. 

En attendant, Jean-Jacques Adam ne compte pas quitter le théâtre Monsabré. 

Un appel à cotisations lancé pour sauver le théâtre Monsabré

Le 15 novembre 2020, le directeur du théâtre a lancé un appel à cotisations pour sauver le théâtre Monsabré alors que les deux confinements ont mis en péril la trésorerie du lieu culturel. 

"Nous avons déjà reçu 150 demandes d'adhésion. Cet appel est aussi une façon de montrer que le public nous soutient et que nous sommes déterminés à rester ouvert", conclut Jean-Jacques Adam. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture théâtre justice société