• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Montoire-sur-le-Loir (41) : des lycéens consacrent une semaine à la problématique des migrants

Karine Reuillon, professeur d'anglais au lycée sainte-Cécile et ses élèves de terminale / © Marine Rondonnier
Karine Reuillon, professeur d'anglais au lycée sainte-Cécile et ses élèves de terminale / © Marine Rondonnier

Depuis deux ans, une vingtaine d'élèves du lycée agricole Sainte-Cécile travaillent sur le projet "Migrations and nations". Il permet aux élèves du Loir-et-Cher d'échanger leurs points de vue sur les migrants avec des lycéens italiens et suédois venus passer une semaine dans leur établissement.

Par Marine Rondonnier


 ​​Debora est lycéenne à Bari en Italie où beaucoup de migrants vivent dans les gares et les parcs  : " Chez nous on ne parle pas aux migrants. Beaucoup d'Italiens pensent qu'ils sont mauvais. En fait c'est faux. Mais c'est comme partout, il ya des bons et des mauvais Italiens. il y a aussi des gens bien et des gens moins bien parmi les migrants. " 
 
Clémence et Jessy (France), Débora (Italie) et Victoria (Suède) travaillent sur un exposé concernant l'histoire des migrations. / © Marine Rondonnier - France 3 CVDL
Clémence et Jessy (France), Débora (Italie) et Victoria (Suède) travaillent sur un exposé concernant l'histoire des migrations. / © Marine Rondonnier - France 3 CVDL


"Un projet qui nous a permis d'être plus ouverts"

Pour Jessy, 18 ans, élève de terminale au lycée agricole de Montoire-sur-le-Loir, ce projet est très bénéfique. " Il nous a permis d'être plus ouverts et de mieux comprendre pourquoi les migrants viennent dans nos pays. Je pense qu'on peut les accueillir pour participer à la richesse de l'Europe"

Un peu plus loin, Chloé travaille sur son exposé avec ses copines. Le thème : les migrations aujourd'hui. " L'an dernier, nous sommes partis en Suède où on a rencontré des migrants. Avant, je pensais qu'ils n'étaient pas comme nous. Je me suis rendue compte qu'en fait ils sont comme nous sauf que la seule différence est leur culture. "
Chloé et ses copines préparent sur exposé sur les migrations aujourd'hui / © Marine Rondonnier-France 3 CVDL
Chloé et ses copines préparent sur exposé sur les migrations aujourd'hui / © Marine Rondonnier-France 3 CVDL


Un programme riche

Pendant cette semaine, les élèves ont préparé des exposés sur la thématique des migrations, ont rencontré des membres du CADA (Centre d'accueil des demandeurs d'asile) de Vendôme, ont réalisé des petits films d'une minute sur l'arrivée d'un migrant en France. Ils se sont rendus dans un centre d'accueil des migrants géré par Emmaüs à Ivry-sur-Seine en région parisienne. Ils ont aussi assisté à une représentation théâtrale à Montoire-sur-le-Loir de la troupe La Tribouille intitulée :"Bienvenue : paroles de migrants". Sur scène, Pierre Roba (comédien) et Daniel Trutet (violoncelliste) interprètent les textes recueillis lors d'entretiens avec une douzaine de migrants dans un squat à Nantes. 
 
Daniel Trutet et Pierre Roba, compagnie La Tribouille / © Marine Rondonnier-France 3CVDL
Daniel Trutet et Pierre Roba, compagnie La Tribouille / © Marine Rondonnier-France 3CVDL


Un projet financé entièrement par l'Europe

Le projet " Migrations et nations" est financé par le programme européen Erasmus Plus. Grâce à ce programme, les élèves de Sainte-Cécile ont  pu passer une semaine en Suède l'année dernière et partiront en mai en Italie.
L'idée pour les lycéens est de découvrir comment les migrants sont accueillis dans les autres pays européens.

​​​​​​​L'Europe donne 24 000 euros au lycée de Montoire-sur-le-Loir pour le projet sur deux ans. " C'est génial. Les parents n'ont rien à débourser. Sinon, ce serait difficile pour les familles", nous confie Karine Reuillon, professeur d'anglais au lycée Sainte-Cécile. 

Reportage de Marine Rondonnier, Sanaa Hasnaoui et Marianne Le Roux :
 

Sur le même sujet

Making-off: Les facteurs posent nus pour un calendrier

Les + Lus