"On devra contrôler au maximum Wembanyama" : entretien avec Timothé Vergiat, meneur de l'ADA Blois avant le match contre Boulogne-Levallois

Sa première partie de saison, sa première expérience en Betclic Elite et la venue du phénomène français, Victor Wembanyama au Jeu de Paume ce samedi 4 février. Entretien avec Timothé Vergiat.

Pour sa deuxième saison à l'ADA Blois et sa première en Betclic Elite, Timothé Vergiat revient sur la première partie de championnat. Il se confie aussi sur la 20ème journée de Betclic Elite et la réception de Boulogne-Levallois, deuxième du championnat et abritant le phénomène Victor Wembanyama.

Quelles seront les clés du match pour créer l’exploit contre Boulogne-Levallois samedi ?

Timothé Vergiat : "On devra se servir de la salle et du public où beaucoup de gens vont venir voir Wembanyama, on le sait.

On devra être performant au rebond où on a souffert au dernier match, essayer de contrôler au maximum Wembanyama et Waters qui sont leurs deux gros joueurs

Timothé Vergiat, meneur de l'ADA Blois

Il faudra contrôler leur dimension athlétique. Le rebond sera aussi une clé. On sait que l'on a souffert là dessus au dernier match. On doit chacun s'améliorer individuellement, notamment sur les box-out, on sait que l’on n’est pas l’équipe la plus grande du championnat, la plus athlétique. C’est un travail d’équipe et aussi de détermination.

Si chacun fait un effort de contrôler son joueur et d’y aller, ça ne pourra être que mieux. Il faudra faire un match plein pour battre une équipe de haut de tableau, on n’a pas de marges.

Pourquoi Wembanyama est si exceptionnel ?

Là où il m’impressionne, c’est qu’il est attendu, tout le monde en parle et il répond présent à chaque fois. Il est bon quand il doit être bon. Il arrive à jouer avec la pression. Niveau basket, il est plus grand que les autres, plus athlétique, capable de tirer et de dribbler.

C’est le prototype ultime !

Timothé Vergiat, meneur de l'ADA Blois (à propos de Victor Wembanyama)

Mentalement il a l’air carré, si les blessures le laissent tranquille il n’y a pas de raisons qu’il n’aille pas très très haut.

Comment as-tu vécu cette première moitié de saison ?

Moi pour l’instant, je trouve que c’est plutôt positif, j’ai un temps de jeu qui me permet de m’exprimer. Je trouve que je suis assez rentable sur mon temps de jeu. J’ai des matchs où c’est très bien, d’autres où ça l'est moins. Il faut que j’arrive à trouver de la régularité à l’image de l’équipe. J’espère encore m’améliorer, continuer à grandir au fil de la saison.

Et collectivement ?

On avait très très bien démarré. Depuis c’est un peu plus dur. À la mi-saison on était dans les temps de passage. Le but maintenant, c’est de gagner le plus de matchs possibles. On était à six à la mi-saison, il faudrait être à douze ou treize victoires en fin de saison. Il faudra faire la même chose sur la seconde partie de saison en essayant de ne pas avoir de pics et de creux comme on a eu.

Récemment, en fin de 3ème quart temps on est dans les matchs et on prend des écarts dans le 4ème alors que ça ne reflète pas forcément le match. Il y a eu Fos mais c’est un peu différent, Cholet où on était devant à cinq minutes de la fin, Le Mans on est ex aequo à la fin du troisième et où on en prend 15 alors qu’on était proches.

Il faudra avoir une solidité mentale qui viendra avec les victoires et ne pas prendre l'eau dans des moments serrés. C’est aussi de l’apprentissage, on n’a pas de joueurs avec de grosses expériences à ce niveau-là.

Timothé Vergiat, meneur de l'ADA Blois Basket

Quelles sont les différences de la Betclic Elite par rapport à la Pro B ?

On s’attendait à ce que ce soit vraiment plus dur. La différence, c’est qu’il y a vraiment plus de talents individuels notamment sur les postes extérieurs, des joueurs capables de créer leurs tirs, des gros scores avec beaucoup de joueurs américains. A l’intérieur, il y a beaucoup de très grands, mobiles, qui dissuadent beaucoup."

La 20ème journée de Betclic Elite entre l'ADA Blois et Boulogne-Levallois sera à suivre en direct sur France 3 Centre-Val de Loire le samedi 4 février à partir de 15h00.