• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Une brigade numérique pourquoi faire ? Exemple avec les gendarmes du Loir-et-Cher

La brigade numérique de la gendarmerie est basée à Rennes. Elle existe depuis le 27 février 2018. / © Gendarmerie Nationale
La brigade numérique de la gendarmerie est basée à Rennes. Elle existe depuis le 27 février 2018. / © Gendarmerie Nationale

Besoin de réponses concernant certaines démarches administratives ou judiciaires spécifiques ? D’une information sur le recrutement ? Depuis le 27 février 2018, la brigade numérique de la gendarmerie est là pour vous répondre ! 

Par Fabienne Marcel

La brigade numérique est un nouveau service proposée par la gendarmerie nationale. Elle accessible 24h/24h via un tchat ou un formulaire de contact sur le site de la gendarmerie, par Facebook Messenger ou message privé Twitter. Elle enregistre, depuis sa création en février 2018, quelque 40 000 sollicitations et un taux de satisfaction de 8,9/10 ! 
 

Un service destiné notamment aux personnes victimes de violence qui n'oseraient pas aller à la gendarmerie

Située à Rennes, la brigade numérique est une unité nationale constituée de 20 gendarmes, visant à offrir un contact numérique complémentaire aux moyens physiques et téléphoniques déjà existants.

À Mondoubleau dans le Loir-et-Cher, par exemple, trois MSAP (Maisons de services au public) offrent un accès direct aux conseils de la gendarmerie. L'idée est de proposer aux habitants qui n'ont pas internet chez eux et qui ne connaissent pas ce service la possibilité d'obtenir des réponses à leurs questions. C'est aussi destiné à ceux qui  n'oseraient pas aller  à la gendarmerie; comme les femmes victimes de violence. Une bonne chose selon Jean-Jacques Gardrat, le Maire de Mondoubleau.

Une personne qui est victime de violences conjugales, elle va peut être hésiter à pousser la porte de la gendarmerie. Un voisin pourrait la voir. Ce système de tchat en ligne peut délier les langues,

nous dit le maire de Mondoubleau

Quand il s'agit d'une victime de violence, les gendarmes vont l'encourager à aller déposer plainte. S'ils  ne peuvent pas répondre à la question, ils orientent la personne vers le service public compétent. L'objectif n'est évidemment pas de remplacer la présence des gendarmes dans les communes mais d'offrir un contact de plus aux populations isolées. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Sécurité et effectif policier sur Tours

Les + Lus