Chauffage : pourra-t-on encore acheter des granulés de bois cet hiver ?

Alors que les prix de toutes les énergies augmentent depuis le début 2022, certaines font face à un risque de pénurie. C'est le cas des pellets et granulés de bois, dont la demande a explosé, bien plus vite que la production.

Le spectre de la pénurie plane au-dessus du marché des granulés et des pellets, source d'énergie des milliers de poêles à bois des Français. La demande est ainsi "anormalement élevée", a prévenu vendredi 26 août la Fédération française des combustibles, carburants et chauffage (FF3C). En cause : la crainte des consommateurs "qui font des réservent et se ruent sur les granulés avant l'hiver", explique un porte-parole.

Car la distribution se fait à un rythme soutenu, "à flux tendu", estime-même Christophe Chesneau, gérant de l'entreprise de distribution Bioéco, basée à Maves en Loir-et-Cher. La faute à une demande toujours en hausse, et une offre qui (au mieux) stagne. "L'État a bien fait son boulot en subventionnant les installations, ça a boosté le marché", constate l'entrepreneur. Seulement, selon lui, "la production n'a pas suivi". 

Marché fébrile avec des quotas pour la première fois

Il explique travailler depuis 10 ans avec deux usines, qui le fournissent chaque année. Au mois de mai, et pour la première fois, "elles nous ont fixé des quotas". Preuve que le marché était déjà fébrile. Entre temps, Bioéco a pu importer 500 tonnes de granulés et pellets depuis le Canada.

Malgré cela, il prévient :

Dans une semaine, on n'aura plus rien, jusqu'au mois de janvier.

Christophe Chesneau, Bioéco

Le déficit d'offre devrait ainsi être de 5 à 15% cet hiver, selon la FF3C, qui compte 300 distributeurs de granulés en France métropolitaine. 

Et qui dit tension dit hausse des prix. Là où, auparavant, "les usines tiraient entre elles leurs prix vers le bas", cette année, les appels de clients sont si nombreux que les prix peuvent rester élevés. Selon Christophe Chesneau, "il n'y a plus aucune concurrence, personne ne baisse les prix, et les granulés sont devenus hyper rentables". À cette hausse due au marché, s'ajoutent plusieurs facteurs : "Toute la chaîne de production a augmenté avec l'énergie, le prix des matériaux, des palettes, du plastique… Et puis il faut payer plus cher les chauffeurs, sinon on n'en trouve pas."

Coup d'arrêt aux ventes de poêles ?

Le marché en volume des granulés de bois, qui était de 1,8 million de tonnes à l'hiver 2020/21 et de 2 millions de tonnes à l'hiver dernier, est estimé à 2,4 millions de tonnes pour l'hiver prochain, selon des chiffres communiqués par la FF3C. 

Une note de conjoncture communiquée par Propellet -association française des professionnels du chauffage au granulé- note cependant la prévision par la filière d'un million de tonnes supplémentaires entre 2021 et 2024. Ce "grâce à l'extension de certaines lignes de production et la construction de nouvelles usines de granulation". Avec pour objectif "un doublement de la capacité de production en 2028". 

D'ici là, le marché pourrait rester très contraint. La profession recommande ainsi aux consommateurs "de différer les projets d'installation neuve qui n'ont pas encore été concrétisés" et "de n'effectuer aucun règlement de commande en ligne avant livraison s'ils ne connaissent pas leur fournisseur".