Corps retrouvés dans le Loir-et-Cher : l'homme aurait tué sa fille de deux ans avant de se suicider

Deux corps, un homme de 48 ans et sa fille de deux ans, ont été retrouvés par les gendarmes de Montoire-sur-le-Loir dans une maison de Trôo ce mercredi 15 septembre. Les gendarmes estiment probable que l'homme ait tué son enfant avant de mettre fin à ses jours.

On en sait un peu plus au sujet du drame qui a secoué le petit village de Trôo ce 15 septembre. Vers midi, les gendarmes sont appelés par un jeune homme de vingt-cinq ans : ce dernier vient de découvrir avec horreur les corps de son père, 48 ans, et de la fille de ce dernier, âgée de deux ans.

L'hypothèse d'un meurtre suivi d'un suicide

Dans un communiqué transmis par le parquet de Blois, le procureur de la République Frédéric Chevallier a déclaré que les constatations réalisées sur place par les militaires et des techniciens en investigation criminelle, ainsi que les investigations menées depuis, "permettaient de comprendre que l’hypothèse la plus probable est que l’homme ait tué sa fille avant de mettre fin à ses jours". En effet, l'autopsie du corps de l'enfant "concluait à une mort consécutive à deux coups de feu tirés d’une carabine – sans doute celle retrouvée sur la scène de crime - ayant atteint le cœur et la zone thoracique proche, les deux coups étant mortels".

En ce qui concerne le père, l'autopsie est en cours selon le parquet, mais les premières constatations auraient démontré la présence de plusieurs coups de feu, dont un mortel, portés avec la même arme, et "les conditions précises de ces tirs seraient compatibles avec un suicide". "La séparation très récente du père et de la mère de l’enfant serait à l’origine de ce crime suivi de ce suicide", indique le procurueur. "La poursuite de l’enquête permettra d’en préciser exactement la réalité. A ce jour, aucune plainte n’avait été enregistrée par un service de police ou de gendarmerie en relation avec cette séparation."

Les investigations, notamment de police technique et scientifique, se poursuivent.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société