Romorantin (41) : Retroméga expose dans l'ancienne usine Matra ce week-end

La Matra 530 de 1972 exposée dans l'ancienne usine Matra à Romorantin / © Marine Rondonnier
La Matra 530 de 1972 exposée dans l'ancienne usine Matra à Romorantin / © Marine Rondonnier

C'est la première fois que le rendez-vous des véhicules anciens s'installe dans l'ancienne usine Matra fermée en 2003. Pour sa 26ème édition, Rétroméga propose de découvrir des voitures fabriquées à Romorantin. A cette occasion nous avons rencontré d'anciens salariés de Matra. Reportage.

Par Marine Rondonnier

Matra c'était une riche école. Je suis devenu responsable de l'atelier "peinture et finitions" avec un modeste certificat d'études.  

Marc Perrier a travaillé chez Matra à Romorantin pendant 26 ans. A l'époque y avait beaucoup de travail à Romorantin. Aujourd'hui toutes les usines sont parties à l'étranger. C'est toujours avec un peu de nostalgie que cet ancien Matracien parle de la grande époque Matra. Matra avait une puissance qu'on retrouve nulle part ailleurs chez les artisans. Fallait bosser mais c'était bien

Ce week-end, la nostalgie s'expose et se vend dans l'ancienne usine Matra, à la Fabrique Normand.

Pour la première fois, Rétroméga investit l'ancienne usine où la fabrication de voitures s'est arrêtée en 2003. Matra Automobile à Romorantin a produit plus d’un million de voitures de 1964 à 2003.

C'est super émouvant de revenir ici. Je travaillais juste derrière vous à la finition. Ici j'ai passé trois années extraordinaires même si ce n'était pas toujours simple, se rappelle Jean-Claude Poirier, contrôleur finitions chez Matra de 1978 à 1981.
Avec ses anciens collègues, Jean-Claude s'arrête devant une Matra 530 "la voiture des copains".

Matra 530 surnommée "la voiture des copains" / © Marine Rondonnier
Matra 530 surnommée "la voiture des copains" / © Marine Rondonnier



Vous vous rappelez  les phares qui s'ouvrent avec la manette. C'était un casse-tête chinois. Y en a un qui sortait et l'autre qui se coinçait rigole Juao Marques, 37 ans de Matra.  Il y a eu de beaux moments au début et à la fin. Mais quand il a fallu augmenter les cadences pour la Bagherra en 1973, c'était dur. On était habitué à l'artisanat, pas aux grandes séries. Certains anciens Matra ont même été virés...

 

Les anciens Matraciens sont intarissables sur les années à l'usine / © Marine Rondonnier
Les anciens Matraciens sont intarissables sur les années à l'usine / © Marine Rondonnier


Les organisateurs de ce week-end "spécial voitures anciennes", membres de l'association Oméga 41, ont décidé d'exposer un modèle de chaque voiture conçue et fabriquée à Romorantin. 12 au total. Une René Bonnet moteur Panhard, une Jet René Bonnet, Une 530, une Bagherra, Une Missile (moteur Renault), une Rancho, une Murena, un Espace et une Avantime. 

Une dizaine de clubs de collectionneurs de voitures anciennes prêtent leurs voitures pour Retromega / © Marine Rondonnier
Une dizaine de clubs de collectionneurs de voitures anciennes prêtent leurs voitures pour Retromega / © Marine Rondonnier


En plus de l'exposition, plusieurs voitures seront en vente de gré à gré. Pas de vente aux enchères cette année. Le commissaire-priseur leur a fait faux bond au dernier moment.  C'est pas grave, les propriétaires pourront vendre leurs voitures en direct. On va se débrouiller, explique Marc Perrier, le responsable de l'exposition pour Oméga 41.

Ce week-end, vous pourrez aussi voir exposés des voitures de collection dont deux à vapeur de 1880 et de 1900, ainsi que des motos et des peintures réalisées par un ancien salarié de Matra Patrick Millon. 
 

RétroMéga, voitures de collection au musée Matra
A Romorantin, pour la première fois RétroMéga, le rendez-vous des véhicules anciens s'installe dans l'ex usine Matra fermée il y a 15 ans. Elle propose de découvrir des voitures autrefois fabriquées sur place.  - France 3 Centre-Val de Loire - M. Rondonnier, S. Hasnaoui, F. Belzeaux


 

Retroméga : 27 et 28 janvier 2018

De 9h à 18h, à la Fabrique Normand, avenue Saint-Exupéry à Romorantin
Entrées : 3 euros / 5 euros pour deux jours

A lire aussi

Sur le même sujet

Musée Girodet à Montargis : un musée rénové (épisode 1/4)

Les + Lus