Bébés : en immersion à la maternité de Romorantin le soir de la Saint-Sylvestre 2020

Pour la maternité de Romorantin-Lanthenay dans le Loir-et Cher, l'année 2020 a été plutôt bonne : un label récompensant sa qualité d'accompagnement et une augmentation des naissances. Nous avons passé la soirée du Nouvel an avec l'équipe soignante de cette maternité au coeur de la Sologne. 

L'équipe de nuit de la maternité de Romorantin-Lanthenay dans le Loir-et-Cher, le soir de la Saint-Sylvestre 2020 trinquant avec quelques bulles sans alcool.
L'équipe de nuit de la maternité de Romorantin-Lanthenay dans le Loir-et-Cher, le soir de la Saint-Sylvestre 2020 trinquant avec quelques bulles sans alcool. © Marine Rondonnier-FranceTV

 

Nous avons apporté des petites choses à partager pour réveillonner. On verra bien si on le temps

Lucie Lemancel, sage-femme à la maternité de Romorantin

 

 

 

Lucie, Céline et Emeline : deux sages-femmes et une aide-soignante.

Elle sont trois pour douze heures de garde. Elles vont s'occuper de 20 heures à 8 heures du matin de cinq bébés et de leurs mamans. Et davantage si des naissances arrivent dans la nuit.

"C'est l'avantage de ce service, on ne sait jamais ce qui va se passer", sourit Céline Cazin, sage-femme à Romorantin depuis 24 ans.

"Il est arrivé qu'on apporte des choses à manger pour le réveillon sans jamais pouvoir s'asseoir parce qu'on enchaînait les interventions auprès des mamans et que des femmes arrivaient pour accoucher. On ne s'ennuie jamais ici". 

Céline Cazin et Lucie Lemancel, les deux sages-femme de permanence la nuit du 31 décembre 2020 à la maternité de Romorantin-Lanthenay.
Céline Cazin et Lucie Lemancel, les deux sages-femme de permanence la nuit du 31 décembre 2020 à la maternité de Romorantin-Lanthenay. © Marine Rondonnier-France TV

Des soignants très disponibles pour les bébés et leurs parents

Ce soir, Céline ira au bloc, Lucie s'occupera des femmes qui ont accouché et de leur bébé. Emeline, aide-soignante, naviguera entre les deux selon les besoins.

"C'était ma première année ici. Avant j'étais en long séjour. C'est un service très agréable où nous prenons le temps pour les mamans, les bébés mais aussi les papas", raconte Emeline Hervo, jeune aide-soignante au rire communicatif. 

"C'est la deuxième fois que j'accouche ici, c'est vraiment super", raconte Mélissa Joung, maman de Romane née il y a trois jours.

"Elles sont toujours là pour nous aider, nous conseiller et le papa a une grande place ici. Je recommande vraiment cette maternité". 

Alain Lemort et sa fille Romane, née à la maternité de Romorantin le 29 décembre 2020
Alain Lemort et sa fille Romane, née à la maternité de Romorantin le 29 décembre 2020 © Marine Rondonnier-FranceTV

Des fratries séparés à cause de l'épidémie 

L'année a été difficile surtout pour les mamans qui n'ont pas pu recevoir la visite de leurs autres enfants pendant le premier et le deuxième confinement.

Lucie Lemancel, sage-femme à la maternité de Romorantin

Le service de la maternité de Romorantin a été peu perturbé par l'épidémie : peu de malades parmi les soignants et les mamans. Les papas ont pu assister à l'accouchement tout au long de la crise.

Christophe, Aurore et Timothée Chazeaud passent leur réveillon ensemble à la maternité de Romorantin.
Christophe, Aurore et Timothée Chazeaud passent leur réveillon ensemble à la maternité de Romorantin. © Marine Rondonnier-FranceTV

Seule grande difficulté : les frères et soeurs des bébés n'ont pas pu leur rendre visite.

"C'est ce qui a le plus marqué les familles cette année. Même l'accouchement avec le masque, les femmes s'y sont fait. Mais ne pas pouvoir partager les premiers moments de vie de leur bébé avec leurs autres enfants a vraiment été difficile pour beaucoup de mamans", explique la sage-femme à la voix si douce, Céline Cazin. 

 

2020 : malgré l'épidémie, une très belle année pour la maternité de Romorantin-Lanthenay

Bien que l'année ait été compliquée et que la peur de ramener le virus à la maison n'ait pas quitté l'esprit de l'équipe de la maternité de Romorantin, une récompense leur a permis de garder le sourire : le label "Maternité amie des bébés" délivré par l'OMS et l'Unicef pour la qualité d'accompagnement des parents, le soin et l'attention portés aux bébés et à leurs familles.

"C'est une vraie reconnaissance qui nous donne envie de nous surpasser et de donner encore plus le meilleur de nous-mêmes", confie Céline Cazin juste avant minuit. 

En région Centre-Val de Loire, quatre maternités ont reçu ce label. Deux sont dans le Loir-et-Cher à Romorantin et Vendôme.  

Que peut-on leur souhaiter pour l'année 2021 ? 

Encore plus de bébés. Objectif : 500 par an.

Déjà en 2020, 14 enfants de plus sont nés eu Centre hospitalier de Romorantin.

427 contre 413 en 2019. Effet du premier confinement ou du label ? Impossible de le dire. 

Reportage de Marine Rondonnier, Franck Levasseur et Anne-Astrid Grandveau à la maternité de Romorantin le soir du réveillon 2020 : 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société nouvel an événements